Bernard Lugan censuré par l'Elysée - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Bernard Lugan censuré par l'Elysée

MEDIATHEQUE


Bernard Lugan  est censuré par l'Elysée ...!



Quand le dogmatisme et le sectarisme l'emportent sur le réalisme...
mardi 8 juillet 2014

(Envoi d'Hervé de Penfentenyo, de Philippe Chatenoud et de Patrick Lavarde)


Le 24 juin 2014, à la demande des Armées, je devais présenter "L'interaction religieuse, culturelle, historique et géopolitique entre les cinq pays de l'Afrique du Nord et ceux de la bande sahélo-tchadienne" aux Attachés de Défense français en poste dans la quinzaine de pays concernés, plus le Nigeria. Le but de cette intervention très spécialisée était de donner à nos AD une nécessaire vision globale ainsi que des clés de lecture dépassant les frontières de leurs affectations respectives.

Quelques jours avant la date prévue, un ordre comminatoire téléphoné depuis l'Elysée contraignit les organisateurs à décommander la prestation bénévole qui m'avait été demandée dans l'urgence et pour laquelle, compte tenu de l'actualité et des enjeux, j'avais annulé des engagements prévus de longue date.

Alors que la complexité des situations locales et régionales nécessite une connaissance de plus en plus "pointue", non idéologique et basée sur le  réel, la présidence de la République, avec un sectarisme d'un autre temps, a donc privé les Attachés de Défense français d’une expertise à la fois internationalement reconnue et nécessaire à la bonne compréhension des zones dans lesquelles ils servent...

J'ai attendu des explications. Comme elles ne sont pas venues j'ai donc décidé de publier ce communiqué afin que le public sache que des héritiers de la "section des piques" gravitent dans l'entourage immédiat du chef de l'Etat d'où ils lancent les "colonnes infernales" de la pensée sur les esprits libres.

Le prochain numéro de l’Afrique Réelle que les abonnés recevront au début du mois d'août contiendra le texte de mon intervention censurée qui sera naturellement amputé des éléments confidentiels que je réservais à l'auditoire spécifique auquel elle était destinée. Les "tchékistes" de l'Elysée le découvriront en primeur puisque la présidence de la République est abonnée à l'Afrique Réelle et qu'elle reçoit mes communiqués...





Commentaire de Pierre Meaudre


A lire aussi sur cette affaire le blog de Merchet Secret Défense dans "l'Opinion".


La liberté d'expression

L'africaniste Bernard Lugan se dit victime de censure de la part de l'Elysée
Connu pour sa proximité avec l'extrême droite, il devait intervenir au profit des Attachés de défense sur le Sahel.
Publié le mardi 08 juillet à 16h58 - Mis à jour le mercredi 09 juillet à 10h58

L'africaniste Bernard Lugan vient de publier un communiqué protestant contre "la censure" dont il ferait l'objet de la part de l'Elysée, qu'il accuse d'un «sectarisme d'un autre temps» et d'un comportement de "tchékiste".  

«Le 24 juin 2014, à la demande des Armées, explique-t-il, je devais présenter "L'interaction religieuse, culturelle, historique et géopolitique entre les cinq pays de l'Afrique du Nord et ceux de la bande sahélo-tchadienne" aux Attachés de Défense français en poste dans la quinzaine de pays concernés, plus le Nigeria. Le but de cette intervention très spécialisée était de donner à nos AD une nécessaire vision globale ainsi que des clés de lecture dépassant les frontières de leurs affectations respectives. Quelques jours avant la date prévue, un ordre comminatoire téléphoné depuis l'Elysée contraignit les organisateurs à décommander la prestation bénévole qui m'avait été demandée dans l'urgence et pour laquelle, compte tenu de l'actualité et des enjeux, j'avais annulé des engagements prévus de longue date. (...) J'ai attendu des explications. Comme elles ne sont pas venues j'ai donc décidé de publier ce communiqué afin que le public sache que des héritiers de la "section des piques" gravitent dans l'entourage immédiat du chef de l'Etat d'où ils lancent les "colonnes infernales" de la pensée sur les esprits libres.»


Auteur de nombreux livres sur l'Afrique, éditeur de la revue L'Afrique réelle, Bernard Lugan, 68 ans, est connu pour ses opinions proches de l'extrême-droite, dont il n'a jamais fait mystère depuis le temps où il militait à l'Action française. Africaniste, il est contesté par d'autres spécialistes qui lui reprochent une vision réductionniste des sociétés et conflits africains qu'il décrypte, essentiellement, aux travers des clivages ethniques. Toutefois, ses analyses bien documentées, par exemple sur la crise libyenne ou maliennes, sont souvent lucides. Proche des milieux militaires, il intervient régulièrement à l'IHEDN et surtout à l'Ecole de guerre et ses positions sur le Rwanda l'ont rapproché de nombreux anciens.

Cette affaire rappelle celle d'Aymeric Chauprade, enseignant en géopolitique à l'Ecole de guerre (alors Collège interarmées de défense) qui avait été licencié par le ministre Hervé Morin suite à la publication d'un livre exposant avec complaisance les thèses conspirationnistes sur le 11 septembre. Aymeric Chauprade a, depuis lors, confirmé son engagement partisan en étant tête de liste du Font national aux européenne, en Ile-de-France. Il est désormais député européen.

Ce nouvel épisode m'inspire les mêmes réflexions qu'alors.

1- Attaché à la liberté d'expression, je trouve détestable que quelqu'un - un intellectuel en l'occurence - soit exclu, voire sanctionné, pour ses idées fussent-elles détestables. Et je considère sans hésitation que celles d'extrême-droite, mues par la haine, le sont. Mais je ne suis pas convaincu que Bernard Lugan ne dise que des sottises sur les sujets dont il a fait profession d'étudier et de vulgariser.

2- Comme Aymeric Chauprade, Bernard Lugan fréquente depuis de longues années les amphis de l'Ecole militaire et a répondu à de nombreuses invitations de l'institution. Qui feindra de le découvrir aujourd'hui ?









COMMENTAIRE

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu