A Saint-Ouen, une rue dédiée à un membre actif du FLN - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

A Saint-Ouen, une rue dédiée à un membre actif du FLN

MEDIATHEQUE

Lettre de Nicole GUIRAUD

à Madame Jacqueline ROUILLON

Maire de Saint-Ouen

(Envoi de JL Drevon)






















Nadia Aouaouche Guendouz est née  le 26 février 1932 dans la basse Casbah d’Alger à l’Impasse Djenina. Le déclenchement de la lutte armée, l’a trouvée hospitalisée en France. C’est l’occasion pour la jeune fille de 22 ans de rejoindre le Front de libération nationale à travers la fédération de France. Elle sera chargée, à partir de 1955, de collecter les fonds pour la révolution, tout en suivant, à partir de 1956, les cours d’une école d’infirmières à Paris d’où elle sortira diplômée en 1958.

Une année après elle est arrêtée avec son époux Bouzid Zerrouk dit Amar Hassan Messaoud. En 1962, elle rentre en Algérie et rejoint la ville de Skikda. Là, toujours fidèle à ses idéaux nationalistes. Ensuite, elle intègre l’Union des femmes algériennes dont elle dirigera le service «information».

Elle adhère à l’Union des écrivains algériens où elle sera chargée des affaires sociales tout en poursuivant de 1966 à 1969 des études de sage-femme à l’hôpital Parnet d’ Alger. Auteur de deux recueils de poésie Amel (1968) et La Corde (1974), elle a publié de nombreux poèmes dans les journaux et certains de ses textes figurent dans les manuels scolaires. Nombreux sont ses textes écrits restés dans ses tiroirs. Décédée le 4 avril 1992 suite à une crise cardiaque.











Madame le Maire,


Victime à l'âge de 10 ans d'un attentat a la bombe du FLN, le 30 septembre 1956 au Milk Bar d'Alger, ayant fait de nombreux morts et une bonne soixantaine de blessés , surtout des enfants et leurs mamans, je tiens à vous féliciter chaleureusement pour votre judicieuse initiative d'avoir fait apposer une plaque en l'honneur de l'une des militantes de ce mouvement "révolutionnaire" (sic), qui a causé la mort de centaines de milliers de Français, de Musulmans, de Français d'Algérie, aussi bien en Algérie que dans la métropole.

Cette idée est vraiment excellente dans la mesure ou elle exprime, sans ambiguïté, l'exacte position de ceux qui l'ont conçue... De plus, elle prouve l'exquise délicatesse de votre part, ainsi que de vos collaborateurs, envers les victimes innocentes d'un terrorisme que vous semblez particulièrement apprécier ...

Je dois reconnaître qu'avec des élus tels que vous, la France peut sans crainte regarder droit vers l'avenir, et être fière d'elle....Cette attitude courageuse est sans aucun doute unique en son genre parmi tous les pays d'Europe ...

Encore "bravo" donc pour cette initiative qui, n'en doutons pas, est tout à fait appropriée pour apaiser les esprits et les mémoires douloureuses, et permettre le rapprochement tant souhaité entre nos deux peuples....

Mais sans doute avez-vous voulu honorer avant tout la poétesse ...? Sans doute ne s'agit-il que d'une méprise de la part de malencontreuses victimes du FLN .... qui, de toutes façons, n'existent pas puisque c'est l'Histoire Officielle qui le dit ...

Afin de réparer ce dérapage de TRÈS MAUVAIS GOÛT, je vous demanderais donc, au nom de toutes les victimes du FLN, civiles, militaires, Harkis, de bien vouloir décrocher au plus vite cette plaque infamante, qui pourrait avoir sa place en Algérie, mais non en France.

Car nous sommes encore en France, madame le Maire, l'auriez-vous oublié ? Ou bien seriez-vous capable de faire apposer, dans une rue de votre ville, à proximité de cette plaque, une autre plaque en l'honneur d'un Français victime du FLN ? Seriez-vous capable de soutenir une initiative analogue EN ALGÉRIE, c.a.d. l’apposition officielle d'une plaque en l'honneur d'un poète (ou chanteur, ou médecin, ou enseignant...) engagé POUR LA FRANCE que ce soit comme soldat, comme Harki, comme combattant de l'OAS, ou comme simple Pied-Noir tombé sous les coups du FLN ????
Dans ce cas seulement, la France pourrait redresser la tête ...

Dans le cas contraire, je ne pourrais que vous conseiller, avec tout le respect que je dois à votre fonction, de vous remettre à l'étude de la guerre d'Algérie. Il existe entre-temps de très nombreux et excellents ouvrages sur la question, qui seraient susceptibles de combler certaines lacunes de votre savoir en la matière.

Pour commencer, je me permets de vous envoyer en pièce-jointes deux photos de petites victimes du FLN.
En vous priant d'agréer, Madame le Maire, mes salutations avec le respect que je dois à votre titre.

Nicole Guiraud
Victime a 10 ans du terrorisme du FLN






Quelques une des nombreuses victimes victimes du FLN...






Les véritables héros ne tuent pas d'enfants...





COMMENTAIRE

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu