Audry - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Audry

IN MEMORIAM

Adieux à   Michel AUDRY




La Rochelle, le 4 décembre 2004

Michel AUDRY, pardon, le colonel Michel AUDRY, saint-cyrien de la promotion Bir-Hakeim – (1961-1963) – nous a quittés le 2 décembre 2004 à l’âge de 64 ans, après une longue et terrible maladie. Mes camarades de promotion et tous les officiers présents aujourd’hui, ne manqueront pas de remarquer le signe que représente pour un saint-cyrien un départ le jour du « 2S », symbole de l’honneur et du dévouement, symbole de fidélité et d’ engagement profond au service de la France. Et c’est bien là l’image donnée par Michel.

Admis en 1961, à l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr, il choisit l’infanterie à sa sortie d’école. Nommé sous-lieutenant le 1er octobre 1962, il rejoint, après son passage à l’École d’Application de l’Infanterie de Saint-Maixent, le 1er groupe de Chasseurs Portés à Reims.

Promu lieutenant le 1er octobre 1964, il sert successivement comme chef de section d’instruction puis comme commandant de peloton mécanisé. Promu capitaine, le 1er avril 1970, il est adjoint au commandant d’une unité mécanisée où il se fait remarquer par son allant et ses compétences. Nommé à la tête d’un escadron, il obtient immédiatement une adhésion totale de ses hommes et commande brillamment son unité.

Affecté à l’École d’application de l’infanterie de Montpellier en octobre 1973, il se voit confier le commandement d’une compagnie d’élèves officiers de réserve. Il s’impose aisément par ses qualités d’instructeur, son ouverture d’esprit et son enthousiasme.

Le 1er août 1976, il rejoint le 30ème groupe de Chasseurs à Lunéville (Meurthe et Moselle). Officier adjoint au bureau instruction, il est promu chef de bataillon le 1er décembre de la même année. Ses qualités vite reconnues lui permettent de prendre la direction du bureau où il donne la pleine mesure de ses capacités d’organisateur rigoureux et de réalisateur pragmatique.

A l’issue de cette affectation il retrouve l’Ecole d’application de l’Infanterie de Montpellier où il reçoit le commandement d’un groupe d’officiers élèves d’active et fait une nouvelle fois preuve de ses profondes qualités humaines et professionnelles. En août 1984, lieutenant-colonel, il rejoint le 19ème groupe de chasseurs à Villingen (FFA) en tant que commandant en second. Il s’y forge une solide réputation de rigueur et de haute technicité.

Le 2 juillet 1986, il est désigné comme chef de corps du 42ème groupement de camps – 7ème régiment d’infanterie à Münsingen (Allemagne). Il s’investit totalement dans sa mission. Sa fermeté courtoise, sa droiture, et son souci de ses subordonnés lui valent l’estime et le respect tant de ses chefs que de ses pairs. Les autorités civiles allemandes apprécient sa recherche des contacts, sa présence souriante et les bonnes relations qu’il entretient avec son entourage.

Promu colonel le 1er juillet 1987, il rejoint Tulle en tant que Délégué Militaire Départemental de la Corrèze, poste qu’il occupe jusqu’en 1992, date à laquelle il est désigné pour prendre à Bourges les fonctions de Délégué Militaire Départemental pour le département du Cher.

A ce stade de la carrière de Michel, je dois évoquer le terrible événement de septembre 1995 qui, brutalement, a fait basculer son existence et celle de toute sa famille. Victime, en service commandé, d’un grave accident de la route, dû à l’inconscience et la négligence d’un tiers, il subira coup sur coup, deux lourdes interventions chirurgicales et sera immobilisé plusieurs mois. Son chauffeur, un jeune appelé du contingent, très durement atteint, restera plusieurs semaines dans le coma. Dès lors, Michel s’inquiétera beaucoup plus de l’état de santé de Bertrand, son jeune chauffeur, que de ses propres souffrances, bien souvent insoutenables.

Officier de la Légion d’honneur, officier de l’Ordre national du mérite, le colonel Audry a quitté le service actif en septembre 1997, au terme d’une carrière en tous points exemplaire.

Encore quelques instants, mon vieux Michel, pour te parler cette fois, au nom de tes « p’tits cos » de la Bir-Hakeim et plus particulièrement de la section « Mineur ». Ils sont venus nombreux aujourd’hui, pour te rendre un dernier hommage.

Tu as été notre fine de section et, à ce titre, tu as su créer un esprit de cohésion qui, depuis 43 ans continue de nous animer. Tu avais été l’initiateur, depuis 1998, d’une réunion annuelle de la section afin que nous puissions à cette occasion, retrouver notre unité et resserrer les liens de l’amitié. En juin dernier, tu as encore voulu faire fi de tes souffrances et des atteintes visibles d’une maladie grave dont tu n’ignorais rien pour te retrouver une dernière fois parmi nous. Ta joie était réelle, même si tu ne pouvais déjà plus l’exprimer par des mots. Tu as participé pleinement comme si de rien n’était. Dans un ultime effort, tu nous a donné la preuve de ton courage, de ton amitié et tu nous a fait don, par ton sourire et tes yeux brillants, de la plus belle image que nous puissions garder de toi.

Nous savons la place que Jacqueline a tenu près de toi durant toutes ces années ; nous savons combien ta famille comptait pour toi et nous mesurons le vide immense que tu laisses et que toute notre affection ne pourra combler.

Adieu Michel et merci pour ce que tu nous a donné.

Serge Ménard


 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu