Budget de la Défense : le tour de passe-passe socialiste - - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Budget de la Défense : le tour de passe-passe socialiste -

MEDIATHEQUE

Budget de la Défense : le tour de passe-passe socialiste

(Extrait du blog de Bernard Lugan)





Philippe Meunier,



Le tour de passe-passe qui serait en préparation est expliqué dans l’entretien qui suit par Philippe Meunier, Député du Rhône et secrétaire de la Commission  de la Défense Nationale et des Forces Armées





Nos Armées sont de plus en plus engagées en Afrique et elles vont donc devoir disposer de moyens supplémentaires. Comme je l’ai expliqué et cartographié dans le numéro du mois de mai de l’Afrique Réelle, elles vont devoir impérativement tenir quatre verrous (Iforas, zone de la passe Salvador, appendice Cameroun-Tchad et région de Birao) pour tenter d’éviter la coagulation entre les conflits, pour le moment  éclatés, qui  se déroulent à la fois dans la zone sahélo-saharienne et dans l’arc de crise de l’Afrique centrale. Il va donc falloir  repositionner des forces et leur fournir le matériel adapté.
Or, et contrairement à ce qu’affirme le gouvernement et à ce qu’a encore déclaré le vendredi 16 mai le Premier ministre sur les ondes d’Europe 1, le budget de l’armée va encore  être amputé. Mais sans toucher à l’enveloppe globale !!!. Le tour de passe-passe qui serait en préparation est expliqué dans l’entretien qui suit par Philippe Meunier, Député du Rhône et secrétaire de la Commission  de la Défense Nationale et des Forces Armées :

Afrique Réelle : Le gouvernement dément les « bruits » concernant de nouvelles coupes du budget de la Défense. De quelles informations disposez-vous, vous qui êtes Secrétaire de la Commission de la Défense ?

Philippe Meunier : Le gouvernement a laissé "fuiter" dans un premier temps une économie supplémentaire demandée à nos armées de 2 milliards puis quelques jours plus tard de 1,5 milliard. En fait, le gouvernement nous refait le coût de la loi de programmation militaire.

Afrique Réelle : C'est à dire ?

Philippe Meunier : C'est à dire qu'il laisse "fuiter" un certain nombre d'informations volontairement très alarmistes pour retenir au final une solution qui sera jugée moins douloureuse, mais qui sera tout aussi mortifère pour nos troupes.

Afrique Réelle : Le Président de la République et le Ministre de la défense se sont pourtant engagés à de multiples reprises au sujet de la sanctuarisation du budget dans le cadre de la Loi de Programmation Militaire (LPM)?

Philippe Meunier : C'est exact. C'est la raison pour laquelle je pense qu'ils vont procéder à "un tour de passe passe". Ils ne toucheront pas à l'enveloppe budgétaire prévue dans le cadre de la LPM, mais ils vont transformer les OPEX (Opérations extérieures) en bases prépositionnées sur l'arc sahélien. Or, il faut savoir que ces dernières ne sont pas financées comme le sont les OPEX par le budget général mais par le budget du Ministère de la défense.

Afrique Réelle : Nos Armées auraient donc toujours la même enveloppe budgétaire mais devraient faire face à des dépenses supplémentaires. Ce serait donc de l’enfumage.

Philippe Meunier : Une tromperie de plus.

Afrique Réelle : Mais, si tel était le cas, comment nos Armées arriveraient-elles à trouver les économies nécessaires pour financer ces nouvelles dépenses compte tenu des efforts déjà demandés par la LPM ?

Philippe Meunier : C'est la raison pour laquelle depuis quelques semaines l'actuelle majorité procède dans le cadre de la Commission de la Défense, à un certain nombre d'auditions au sujet de la dissuasion nucléaire afin de réfléchir à l' « utilité » de ses budgets. L'objectif dissimulé de ces auditions est aujourd'hui dévoilé : essayer de convaincre les parlementaires de la nécessité de diminuer notre capacité de riposte nucléaire.

Afrique Réelle : Pour quelle finalité ?

Philippe Meunier : C'est là où nous voyons la perversité de la démarche de l'actuelle majorité : placer  en permanence en concurrence nos Armées pour mieux les dépecer. Cette semaine, Cécile Duflot a proposé à la Commission de la Défense, de récupérer le budget de la composante nucléaire aérienne pour financer les missions humanitaires de l'Armée de Terre en Afrique.

Or, ce marché est le type même du marché de dupes car il aurait pour conséquence d'affaiblir considérablement non seulement nos forces aériennes qui utilisent à 60% les FAS pour des frappes conventionnelles, mais également notre dissuasion, et sans que ce transfert vers l'Armée de Terre ne règle pour autant la question du remplacement de nos équipements conventionnels.

Afrique Réelle : Quelles seraient les conséquences de cette politique ?

Philippe Meunier : Envoyer nos hommes au feu sans les équipements adéquats. Faire monter au feu des hélicoptères Gazelle non blindés et laisser nos hommes patrouiller avec des vieux P4 incapables de résister à la moindre mine au Mali et en Centrafrique est un véritable scandale moral et politique. François Hollande est dans la lignée de tous les gouvernements socialistes. Il demande sans cesse à nos Armées de faire la guerre, tout en diminuant leur budget.

Afrique Réelle : Qu'allez vous faire pour empêcher cette manœuvre qui, si elle était avérée, imposerait une diminution supplémentaire des moyens alloués à nos Armées ?

Philippe Meunier : Nous allons continuer à nous opposer au Parlement, alerter nos compatriotes sur la situation dramatique qui frappe nos Armées. Mais il serait  nécessaire pour ne pas dire impératif, que les hauts gradés alertent solennellement le Président de la République sur l'impossibilité qu’auront nos troupes de pouvoir mener à bien les missions qui leur sont demandées dans ce contexte budgétaire délétère.





COMMENTAIRE

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu