Couilloud - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Couilloud

IN MEMORIAM

A  COUILLOUD


Malakoff, le 10 avril 1991    

Lettre du Général, Inspecteur Central du matériel de l’Armée de terre


 

  à Madame Michel COUILLOUD

Avec une soudaineté que l'on ne pouvait imaginer nous venons dans une profonde consternation, de perdre l'un des nôtres.  C'est avec une immense tristesse que nous sommes ici rassemblés autour de lui et de sa famille.

Saint-cyrien de la promotion Bir-Hakeim, le Colonel COUILLOUD avait choisi en 1963 de servir dans l'arme des transmissions.  Il s'y distinguera d'emblée par ses qualités de fond qui seront ensuite régulièrement soulignées tout au long de sa carrière.

A sa sortie de l'école d'application il rejoint l'école militaire des transmissions d'Agen où on lui confie aussitôt la formation des élèves sous-officiers d'active. D'un dynamisme hors du commun, pédagogue dans l'âme, il réussit pleinement et il est rapidement retenu pour suivre le cours de diplôme technique.  

Il rejoint ainsi l’École supérieure des transmissions et il y obtient brillamment le diplôme technique en 1969.  Son sérieux, une qualification qui se confirme chaque jour et les dons qu'il montre pour l'enseignement le conduisent au 54èmerégiment des transmissions pour prendre tout jeune capitaine le commandement d'une compagnie d'instruction.   

A l'issue de ce commandement en 1971 le capitaine COUILLOUD rejoint le Matériel et  il s'engage dans un nouveau cycle de formation vers le brevet technique qu'il obtiendra avec beaucoup d'aisance en 1974.  

Ensuite pendant quatre années, le Commandant COUILLOUD va se dépenser sans compter à l'école supérieure et d'application du Matériel de Bourges.  Il y anime en particulier le cours logistique et le cours des capitaines et contribue ainsi très activement à la formation des officiers du Matériel.  Sa détermination, sa capacité de travail, son allant, seront autant de vertus qu'il aura à cœur par son exemple d'inculquer à ses élèves.  

               Il reçoit ensuite le commandement du 103ème  groupement de réparation du Matériel de Corps d'Armée et après deux années à la tête de cette   unité  opérationnelle,  il   rejoint     le   Service   Central     des Approvisionnements où très rapidement un poste de premier ordre lui est confié . Il y réussit très brillamment,

En 1985 au moment où sont crées les régiments du Matériel, le Colonel COUILLOUD est choisi pour recevoir le commandement du 41ème régiment du Matériel dont il sera le premier chef de corps.  Pendant deux années avec un goût de l'action jamais démenti, le Colonel COUILLOUD va commander son régiment en montrant une exceptionnelle maîtrise.  

Son acquis considérable obtenu au cours d'une carrière fort dense le désigne pour aller enseigner la logistique à l'école supérieure de guerre pendant deux années avant de rejoindre la direction centrale du Matériel.  Dans cette dernière affectation, un poste de responsabilité très importante pour l'avenir du Matériel lui est confié. La qualité de ses travaux et son engagement dans l'action forcent l'admiration.  

Au moment où s'achève tragiquement une carrière prometteuse et particulièrement riche, au cours de laquelle mon cher COUILLOUD, vous avez gagné le respect de tous vos camarades par votre conduite toujours exemplaire, je tenais à porter devant tous ceux qui sont rassemblés autour de vous, le témoignage de votre compétence, de votre volonté, et de votre rayonnement.  

Madame, à vous et à votre famille, qui plus que quiconque êtes dans la douleur, je tiens à exprimer la profonde sympathie de tous ceux qui ont voulu se rassembler près de vous sachant combien il peut être difficile d'atténuer votre peine et vous disant pourtant combien nous voudrions le faire. Sachez que le souvenir de votre mari reste très profondément inscrit dans la mémoire de tous les officiers et les sous-officiers qui l'ont côtoyé pendant sa carrière exemplaire.


 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu