Jarty - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Jarty

IN MEMORIAM

A  JARTY


 

Allocution prononcée- par le Général Michel CARLIER

le 15 janvier 2001 à Sarrebourg (57)



            Nous sommes réunis cette après-midi à  l'église de Mittersheim pour dire un au- revoir au Colonel Philippe JARTY,   
Je voudrais au nom de tous les membres de la société d’entraide des membres de la  Légion d'Honneur et de la Saint-Cyrienne. lui dire un dernier adieu et saluer le chef militaire et l’homme de cœur qu'il fut pendant toute sa vie.Engagé volontaire le 1er septembre 1960,. il intègre très vite l'école militaire   de Strasbourg. où il prépare avec succès le concours d'entrée à l'Ecole Spéciale Militaire.  A sa sortie de Saint-Cyr, il choisit l'infanterie de Marine.  

Il sert ensuite brillamment au 13ème Régiment de Dragons Parachutistes puis au Niger.  

De 1968 à 1971, il commande une compagnie du 43ème RIMa à Offenbourg où il se fait remarquer pour ses qualités humaines et son dynamisme. Après  un séjour en Afrique en Côte d'ivoire, il est affecté à l'Ecole d’Application d’Infanterie  à Montpellier où il met au service  des jeunes cadres, ses talents de pédagogue et sa foi en son métier.   

           En 1977, dans le cadre d'un diplôme technique. il obtient à Metz un DUT spécialité « gestion des entreprises et administration ».  
Promu chef de Bataillon en 1978 il rejoint la Palestine où il se consacre, pendant plusieurs années, à des missions de Paix comme observateur des Nations Unies, Il reçoit 2 citations en récompense de son esprit d'initiative, son courage et son sang froid,  

Il rejoint en 1982 le secrétariat Général de la Défense Nationale où ses connaissances du milieu africain sont très appréciées.

Il termine sa carrière militaire à Port Bouet, en Côte d'Ivoire. comme commandant en second du 43ème BIMa.  

Pendant toute sa carrière, en métropole comme en Afrique, ses chefs ont souligné ses grandes qualités. Volontaire dynamique, il a laissé à tous ses postes la marque d'un chef expérimenté, humain et passionné.

Chevalier de la Légion d’honneur, chevalier de l'Ordre National du Mérite, titulaire de 2 citations, il a fait preuve, tout au long de sa carrière, d'un dévouement et d'une disponibilité de tous les instants au service de la France. A sa retraite. voulant toujours servir, il se consacre pendant plusieurs années aux jeunes qu'il avait su conquérir par son enthousiasme et son charisme.  

Mais il veut aussi aider les plus démunis.  C’est pourquoi il accepte la présidence du comité de Sarrebourg de la société d’entraide des membres de la Légion d’honneur.  Pendant plus de 3 ans, j'ai pu apprécier son allant, son altruisme et son sens de la solidarité, Homme de dialogue il avait un profond souci des autres.  De même, au sein de l’association nationale des officiers de carrière en retraite, il tenait à défendre ses frères d'armes,

Mon Colonel, votre vie a été exemplaire Votre engagement au service de la France, en métropole comme en terre africaine, votre dévouement .au service des autres. restent pour nous un grand témoignage.  
Vous avez largement mérité le repos éternel que Dieu vous réserve auprès de lui. Qu'il vous conserve en sa sainte garde.  

Je voudrais.  Madame, au nom de toute la société d’entraide des membres de la Légion d’honneur, au nom de la saint-Cyrienne et au nom de tous ses frères d’armes, vous dire notre profonde sympathie.  Nous savons ce que représente, pour vous et vos enfants, le départ d'un mari et d'un père.  Nous nous associons à votre peine. Sachez que nous sommes auprès de vous, par la pensée et la prière,  

Nous garderons du Colonel Philippe JARTY. le souvenir d’un chef, d'un homme de cœur et d'action.




Allocution prononcée par notre petit co Jean-Pierre Henger (2/3)


  
C'est avec consternation que la communauté militaire a appris le décès du Colonel Philippe JARTY.  
Plus durement frappée encore, la promotion Bir-Hakeim, à laquelle j'appartiens, vient de perdre un ami enlevé trop tôt à l’affection des siens,
Depuis bientôt deux ans Philippe luttait avec courage et dignité contre une terrible maladie ; Au téléphone, il y a peu de temps, il m’assurait qu'il voyait le bout du tunnel. Mais Dieu en a décidé autrement, et a rappelé auprès de lui son serviteur laissant son épouse Annick ses fils Nicolas et Stéphane, et tous ceux qui lui sont chers dans un profond désarroi.
Philippe était mon voisin de lit à Coët, à la fameuse section du lieutenant BAS, nous avons partagé bien des moments difficiles mais aussi goûté à bien dos joies pures et saines.

Puis je l’ai perdu de vue pendant quelques années. le suivant par le biais du bulletin de promotion, pour le retrouver lors de mon séjour à Metz,
Nos rencontres se sont faites plus nombreuses et nous évoquions toujours de "vieux souvenirs".  Il n'avait rien perdu de son enthousiasme,  
A Coët nous l'avions surnommé "LA TCHATCHE", La Tchatche s'est tue, trop vite, trop brutalement.  

Il a laissé le souvenir d'un petit CO super sympathique, toujours prêt à participer et à se livrer sans retenue, passionné par tout ce qu'il faisait.  
Tous les camarades qui ont été informés de cette terrible nouvelle et qui, s'ils ne sont pas présents aujourd’hui s'associent par la pensée à cet « au-revoir » m’ont chargé de dire a son épouse ci à ses enfants combien lis sont tristes de son départ précipité,

Avec l'espoir de ceux qui croient en un autre monde meilleur et sans souffrance disons à Philippe « prépare-nous une place à côté de toi, tout là haut dans le royaume éternel ».
Que la pensée de le savoir débarrassé de tout mal permette à ceux qui l'ont aimé et apprécié de mieux supporter cette douloureuse épreuve,

A vous Madame, à vos enfants dans la douleur d’avoir perdu un père, c'est en mon nom que toute la promotion Bir-Hakeim vous assure de son soutien fidèle et de son entier dévouement.  

Nous garderons de Philippe le souvenir d’un ami de qualité, Adieu camarade, nous ne t'oublierons pas,

J.P. HENGER (2/3)


 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu