La bataille du 1er au 6 juin 1942 - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

La bataille du 1er au 6 juin 1942

L'HISTOIRE

    La Bataille, du 1er au 6 juin

 

Rommel s'implique personnellement dans une action aéroterrestre d'envergure

 

1er juin : Intenses bombardements aériens. Les formations de Stukas se succèdent, larguant des bombes de 500 kg. La DCA riposte. Une pièce Bofors est détruite. Le Bataillon du Pacifique est envoyé à l’Ouest jusqu’à Rotunda Segnali, en vue de la reprise de l’offensive par la 8ème Armée. Dans la nuit, l’ordre de tenir la position de Bir Hakeim est confirmé. 
2 juin : Intenses mouvements de blindés signalés au Nord et à l’Est de la position. A 10h30, des parlementaires italiens se présentent pour demander la reddition de la place ; ils sont poliment éconduits. A 12h00, commence un intense pilonnage d’artillerie et d’aviation qui devait durer jusqu’à la fin de la bataille. Le vent de sable se lève. 
3 juin : le Bataillon du Pacifique rentre à l’aube. Son retour a été marqué par une attaque en plein désert de 12 Mes 110, dont deux ont été abattus par une pièce Bofors d’accompagnement, pour son baptême du feu. A 7h30, deux prisonniers anglais libérés se présentent, porteurs d’un ultimatum, écrit de la main de Rommel. Le Renard du désert est donc en personne devant Bir Hakeim ! La journée se poursuit en duels d’artillerie et attaques de Stukas. Vers 17h, des chasseurs britanniques (Kittyhawks) abattent 7 Stukas au cours d’un combat de rencontre au-dessus de Bir Hakeim. 
4 juin : les pilonnages d’artillerie et d’aviation se poursuivent mais le moral reste bon sur la position : les pertes sont relativement minimes, et la DCA obtient des succès chaque jour plus nombreux. Les patrouilles sont de plus en plus difficiles, l’ennemi est omniprésent, occupé à déminer des passages. Des canons de 155 sont aperçus. 
5 juin : un convoi de ravitaillement britannique a réussi à passer dans la nuit. A 4h, Rommel envoie un plénipotentiaire parlant anglais pour traiter de la reddition. Il ne lui est pas répondu. Intense duel d’artillerie, pas d’avions aujourd’hui. 
6 juin : après une intense préparation d’artillerie, l’ennemi lance une attaque d’infanterie vers 13h. Jusqu’au début de la nuit, de nombreux assauts sont lancés, ils sont partout repoussés et nulle part l’ennemi ne réussit à prendre pied sur la position.


«  … Rarement, sur le champ de bataille d’Afrique, m’avait été livré un combat aussi dur. Les Français s’étaient retranchés dans leurs postes de combat très habilement disposés, dans leurs tranchées, leurs petits bastions et leurs nids de mitrailleuses tous entourés d’une épaisse ceinture de mines. De telles positions sont presque inaccessibles au feu de l’artillerie ou au bombardement aérien, car seul un coup direct peut en avoir raison…. »
Rommel                    
                                                                                                                                                                                                                                                           
La Luftwaffe et l’aviation italienne ont effectué 1400 sorties sur Bir Hakeim, pendant la bataille, en larguant au moins 1000 tonnes de bombes sur la position. 
La DCA de la 1ère BFL a abattu 7 appareils ennemis au-dessus de la position, en tirant 47 200 coups avec ses 18 Bofors.

                                                                                                                                                                                                                     


                                                                                               
Ultimatum de Rommel

3 juin 1942


Aux troupes de Bir Hakeim :                                                  

Toute résistance ultérieure conduirait à une effusion de sang inutile. Elle vous vaudrait le même sort que celui des deux brigades anglaises de Gott el Oualeb qui ont été anéanties avant-hier. 
Nous suspendrons le combat dès que vous hisserez le drapeau blanc et viendrez à nous sans armes.

                                                                          Rommel
                                                                     Colonel Général



Alors que la 1ère BFL ne dispose que de 54 canons d’un  calibre maximum de 75mm, Rommel a rassemblé 270 bouches à feu autour de Bir Hakeim, pendant la dernière phase de la bataille :
-           4 mortiers de 210mm,
-           8 pièces de 170mm,
-         88 pièces de 152mm,
-         20 pièces de 149 et 150mm,
-         66 pièces de 100 et 105mm,
-         20 pièces de 88mm,
-         64 pièces de 75 et de 76,2
ce qui représente une formidable concentration d’artillerie appliquée à un polygone de 16 km2.



1 June. A day of heavy air bombardment. A succession of Stuka waves drops 500 kg bombs. Air-defence artillery returns fire. A Bofors gun is destroyed. The Colonial Pacific Battalion is deployed West  to Rotunda Segnali in order to support the renewed 8th Army offensive. The Orders to hold Bir Hakeim are confirmed during the night. 
2 June. Intense armoured movements are reported to the North and East of the position. At 1030 hours, an Italian truce party appears and asks for the surrender of the strongpoint. They are politely turned away. At 1200 hours, an intense artillery and air bombardment starts, which is to last until the end of the battle and sandstorms begin to blow. 
3 June. The Colonial Pacific Battalion is back at dawn. The main event on its way back was an attack by 12 Mes110 in the middle of the desert. An accompanying Bofors gun engaged for the first time shot two of them down. At 0730 hours, two British prisoners deliver an ultimatum of surrender written by Rommel. The “Desert Fox” himself had come to supervise the action  at Bir Hakeim. Artillery duels and Stukas attacks occupy the rest of the day. At 1700 hours, British Kittyhawk aircraft destroy 7 Stukas in an encounter battle above Bir Hakeim. 
4 June.  The artillery and air bombardments continue but morale is high. Losses are minimal and the air defense is more successful from day to day. Patrolling becomes more difficult with the enemy everywhere occupied with de-mining the approaches to Bir Hakeim. Some 155mm guns have been seen. 
5 June. A British supply convoy succeeded in crossing the lines during the night. At 0400 hours, Rommel sends an English-speaking plenipotentiary to demand the surrender. He leaves without a response A lull in the air attacks but the artillery assault remains as intense as ever. 
6 June.  After heavy artillery preparation, the enemy launches the first of many infantry attacks at 1300 hours: they continue well into the night. They are all repelled and the enemy fail to gain a toehold on the position.


“Seldom in the African theatre was I faced with such a hard fight. The French were skillfully dug-in in their trenches, their bastions, their machine-gun nests all surrounded by dense minefields. Such positions were almost inaccessible to anything but the direct hit of artillery fire or air bombardment….”

                                                                                                         Rommel


ROMMEL’s ultimatum

 
To the Troops at Bir Hakeim.
 Further resistance will only lead to unnecessary loss of life. You will suffer the same fate as the two British Brigades at Got el Oualeb who were exterminated the day before yesterday. We will cease fighting as soon as you raise the white flag and come to us unarmed.
 ROMMEL, General Oberst

The Luftwaffe and Italian Air Force conducted 1400 sorties over Bir Hakeim during the battle and dropped a total of 1000 tons. 
While 1stBFL had only 54 guns (75 mm), Rommel assembled  270 artillery pieces from 75-mm to 210-mm around Bir Hakeim, a formidable capability of applied fire on a 16-km² area.






 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu