La Miss - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

La Miss

L'HISTOIRE

To legion men she was 'La Miss'









Susan Travers, who has died in Paris aged 94, was the only woman to have joined the French Foreign Legion. English by birth, she came to regard the legion as her true family and played a key part in the breakout by its troops from Rommel's siege of the desert fortress of Bir Hakeim in 1942.

When war came in 1939, Travers was living in the South of France, where she had grown up, and she joined the Croix Rouge, the French Red Cross. She had previously led the rather inconsequential life of a socialite, but the challenges that now faced her gave her a purpose for the first time. Although her dislike of blood and illness made her a less than ideal nurse, she soon realised her ambition to become an ambulance driver, and in 1940 accompanied the French expeditionary force sent to help the Finns in the winter war against the Russians.

France fell to the Nazis while she was in Scandinavia, and so she made her way to London, where she volunteered as a nurse with General Charles de Gaulle's Free French Forces. She was attached to the 13th Demi-Brigade of the Legion Etrangere (about half the legion had stayed loyal, the others throwing in their lot with Vichy) and sailed for West Africa, where she witnessed the abortive attack on Dakar.

She was then posted to Eritrea and took on the hazardous job of driving for senior officers. The desert roads were often mined and subject to enemy attack, and she survived a number of crashes, as well as being wounded by shellfire.

Her dash and pluck quickly endeared her to the legionnaires, who nicknamed her "La Miss". For her part, she admired the legion's code of "honneur et fidelite", and formed good friendships with many of her comrades, among them Pierre Mesmer, later prime minister of France.

She also enjoyed several romantic liaisons, notably with a tall White Russian prince, Colonel Dimitri Amilakvari, but none of these proved lasting. Then, in June 1941, her world was transformed. The cause was Colonel Marie-Pierre Koenig, her commanding officer, whose new driver she became.

Although he was married, they quickly fell for each other - he wooing her with roses when she was in hospital with jaundice - and although it was impossible to show affection for each other in public, they enjoyed a happy few months together while posted to Beirut.

This idyll was ended when their unit was attached to the 8th Army and, in the spring of 1942, sent to hold the bleak fort of Bir Hakeim, at the southern tip of the Allies' defensive line in the Western Desert. At the start of May Italian and German forces attacked in strength, Rommel having told his men that it would take them 15 minutes to crush any opposition; the 8th Army hoped the fort would last a week. Instead, under Koenig's command, the 1000 legionnaires and 1500 other Allied troops held out for 15 days, and Bir Hakeim became, for all Frenchmen who resisted the Nazis, a symbol of hope and defiance.

With all ammunition and - in temperatures of 51C - water exhausted, Koenig resolved to lead a breakout at night through the minefields and three concentric cordons of German panzers that encircled Bir Hakeim. Travers was to drive both him and Amilakvari.

The attempt was swiftly discovered, however, when a mine exploded, and with tracer lighting up the night sky and tank shells hurtling towards her, Travers took the lead. Determined to get her passengers to safety, she pressed the accelerator of her Ford to the floor and burst through the German lines, blazing a trail for the other Allied vehicles to follow. Although her vehicle was struck by a score of bullets, and on one occasion she drove into a laager of parked panzers, she reached the British lines.

Of the 3700 Allied troops who had been at Bir Hakeim, more than 2400 escaped, including 650 legionnaires, and Koenig became the hero of France. Travers was awarded the Croix de Guerre and the Ordre du Corps d'Arme for her feat.

With Koenig's career in the ascendant, he ended his affair with Travers soon afterwards, much to her grief. Nevertheless, she remained with the legion through the fighting in Italy and France until the end of the war, acting as both a driver and a nurse to the wounded and the dying. By May 1945 "I had become the person I'd always wanted to be" and, not wanting any other life, applied to join the legion officially.

She took care to omit her gender from the form, and her application was accepted. She was appointed an officer in the logistics division, and so became the only woman ever to serve with the legion.

Travers was born in London. Her father, a naval officer, had married her mother for her money and the union was not a happy one. For Travers, childhood was comfortable but strict, and she had her most enjoyable times with her grandmother in Devon, away from her parents.

She was sent to school at St Mary's, Wantage - an experience which she did not remember fondly - but during World War I her father had been put in charge of marine transport at Marseilles (where his own father had once been British consul), and in 1921 he decided to move the family to Cannes.

The Riviera was starting to become fashionable, and Travers quickly took to the way of life there. Inspired by the deeds of a neighbour, Suzanne Lenglen, she also became a fine tennis player.

Being a girl, she had been more or less ignored by her father and her only brother, and by her late teens had developed a craving for male company: "Most of all," she wrote later, "I wanted to be wicked."

Sent to a finishing school in Florence, she succumbed at 17 for the first time to the blandishments of a man, a hotel manager named Hannibal.

By her own admission, she spent the next decade caught up in a rather vapid, if enjoyable, round of skiing and tennis parties all over Europe, thinking nothing of travelling to Budapest or Belgrade for a week's entertainment.

With her gamine figure, striking features and blue eyes, she was a constant and willing object of male attention, heedless of her father's reproach that she was "une fille facile". It was a careless approach to life brought to an abrupt halt by the onset of conflict in 1939.

After the war she served for a time in Indo-China, but she resigned her commission in 1947 to bring up her children from her marriage that year to a legion NCO, Nicholas Schlegelmilch. He contracted an illness in the tropics in 1949 and, after spending 18 months in hospital, was never the same person as before. Nevertheless, they remained together; after his death in 1995 she continued to live in France.

In 1956 Travers was awarded the Medaille Militaire in recognition of her bravery at Bir Hakeim. The task of pinning the medal on her lapel fell to Koenig, who by then was minister of defence.

Forty years later, in 1996, she was given the legion's highest award, the Legion d'Honneur, in recognition of her unique part in the force's history.

She published a memoir, Tomorrow to be Brave, in 2000.

Travers is survived by two sons.

January 3, 2004         (The Telegraph, London)









Pour les Légionnaires elle était «  La Miss ».
Susan Travers, l’unique femme légionnaire, 1909-2003.


Traduction de l’article du Telegraph, paru à Londres le 3 janvier 2004
par Paul-Marie Bonnet



Susan Travers s’est éteinte à Paris à l’age de 94 ans, elle fut l’unique femme à s’être engagée dans la Légion Etrangère. Anglaise de naissance, elle considéra la Légion comme sa véritable famille et elle y joua un rôle essentiel lors de la percée des troupes de la garnison de Bir Hakeim, assiégée par Rommel au milieu du désert, en 1942.
Quand la guerre se déclencha en 1939, Travers vivait dans le sud de la France où elle avait grandi, elle avait rejoint la Croix Rouge, la Croix Rouge Française. Auparavant elle avait mené une vie sans intérêt d’une mondaine, mais les défis auxquels elle devait désormais faire face lui donnèrent pour la première fois un véritable but. Malgré son dégoût pour le sang et la maladie elle n’en fut pas moins une excellente infirmière, elle réalisa rapidement son rêve  d’être ambulancière, et en 1940 elle accompagna le Corps Expéditionnaire envoyé pour aider les finlandais dans la guerre hivernale contre les russes.
La France tomba aux mains des nazis alors qu’elle se trouvait en Scandinavie, c’est ainsi qu’elle regagna Londres où elle s’engagea comme infirmière dans les Forces Françaises Libres du Général de GAULLE. Elle fut affectée à la 13ème Demi-brigade de la Légion Etrangère (La moitié de la Légion était restée loyale, tandis que les autres s’étaient jetés dans les bras de Vichy) et elle prit le bateau pour l’Afrique Occidentale où elle assista à l’attaque avortée de Dakar.
Ensuite, elle fut affectée en Erythrée et prit la fonction hasardeuse de conducteur pour officiers supérieurs. Les routes du désert étaient souvent minées et faisaient l’objet d’attaques ennemies, elle survécut à plusieurs accidents, elle fut également blessée par un éclat d’obus.
Son impétuosité et son courage la rendirent chère aux légionnaires qui la surnommèrent «la Miss ». De son côté, elle admira la devise des légionnaires «Honneur et Patrie » et se lia d’amitié avec de nombreux camarades, parmi eux Pierre Mesmer, qui devint plus tard Premier Ministre de la France.
Elle eut également de nombreuses relations romantiques, notablement avec le grand prince russe blanc, le colonel Dimitri Amilakvari, mais aucune d’elles ne fut durable. C’est alors que son monde se transforma en juin 1941. Le responsable fut le colonel Marie-Pierre Koenig, son nouveau chef, dont elle était devenue la conductrice.
Bien qu’il fût marié, ils tombèrent amoureux (il lui fit la cour avec des roses alors qu’elle était hospitalisée pour une jaunisse). Encore qu’il leur fut impossible de montrer leurs sentiments réciproques en public, ils passèrent quelques mois agréables alors qu’ils séjournaient à Beyrouth.
Cette idylle prit fin lorsque leur unité fut rattachée à la 8ème Armée et envoyée pour tenir la place forte de Bir Hakeim, au printemps 1942, à l’extrémité sud de la ligne défensive alliée dans le désert occidental. Au début du mois de mai, les unités Italiennes et allemandes attaquèrent en force, Rommel déclarait à ses hommes qu’il leur faudrait quinze minutes pour écraser toute opposition. La 8ème Armée espérait que le fort pourrait tenir une semaine. Bien au contraire, sous les ordres de Koenig, les 1000 légionnaires et les 1500 autres soldats alliés tinrent quinze jours, et Bir Hakeim devint, pour tous les français qui s’opposaient aux nazis, un symbole d’espoir et de défi.
Alors que toutes ses munitions, tout comme l’eau, s’épuisaient par des températures de 51°C, Koenig se décida à conduire une percée  à travers les champs de mines et les trois cordons de chars allemands qui encerclaient Bir Hakeim. Travers devait le conduire ainsi qu’Amilakvari.
La tentative fut rapidement découverte, cependant, alors qu’une mine explosait, que les traçantes illuminaient le ciel et que les obus s’abattaient sur elle, Travers prit les devants. Déterminée à mettre ses passagers en sécurité, elle appuya à fond sur l’accélérateur de sa Ford et s’élança à travers les lignes allemandes, frayant un passage pour les véhicules qui la suivaient. Bien que son véhicule fût touché par une vingtaine de balles et qu’à un moment elle  déboucha dans un campement de chars allemands, elle parvint aux lignes britanniques.
Des 3700 soldats alliés qui étaient à Bir Hakeim, plus de 2400 s’en sont échappés, y compris 650 légionnaires, et Koenig devint un héros en France. Travers fut décorée de la croix de guerre et citée à l’ordre du Corps d’Armée pour son fait d’armes.
Alors que la carrière de Koenig était en pleine ascension, il mit rapidement fin à sa liaison avec Travers, ce qui la peina beaucoup. Cependant, elle resta avec la Légion tout au long des combats en Italie et en France jusqu’à la fin de la guerre, agissant comme conductrice et infirmière auprès des blessés et des mourants. En mai 1945, « j’étais devenue la personne que j’avais voulue être depuis toujours », et ne souhaitant aucune autre vie, elle demanda à s’engager officiellement dans la Légion Etrangère.
Ayant pris soin d’omettre de préciser son genre sur son formulaire, sa demande fut acceptée. Elle fut affectée dans la logistique et depuis, elle devint l’unique femme, de tous les temps, à servir dans la Légion Etrangère.
Travers naquit à Londres. Son père, officier de marine, épousa sa mère pour sa fortune. Ainsi l’enfance de Travers fut aisée mais stricte, et elle passa ses plus agréables moments avec sa grand-mère dans le Devon, loin de ses parents.
Elle alla à l’école Sainte Marie du village de Wantage, une expérience qui ne lui laissa pas un souvenir agréable. Au cours de la première guerre mondiale son père fut responsable de la marine marchande à Marseille (où jadis son propre père fut consul britannique). En 1921 il décida de déménager sa famille à Cannes.
La Riviera commençait à devenir à la mode, et rapidement Travers y adopta le style de vie. Inspirée par les exploits de sa voisine, Suzanne Lenglen, elle devint également une excellente joueuse de tennis.
Etant une fille, elle fut plus ou moins ignorée par son père et son unique frère. Adolescente elle apprécia particulièrement la compagnie des hommes : «plus que tout, je voulais vivre sans contraintes » écrivait-elle plus tard.
Envoyée dans une école de perfectionnement à Florence, elle succomba à 17 ans, pour la première fois, aux flatteries d’un homme, un directeur d’hôtel appelé Hannibal.
De son propre aveu, elle passa les dix années suivantes prise dans tourbillon sans intérêt, agréable malgré tout, de parties de tennis et de ski à travers toute l’Europe, n’hésitant pas à voyager vers Budapest ou Belgrade pour une semaine de divertissement.
En raison de son air angélique, de ses traits magnifiques et de ses yeux bleus, elle était constamment l’objet de désir et des attentions des hommes, ne se souciant guère des reproches de son père qui la traitait de « fille facile ». Ce fut une approche insouciante de la vie qui prit fin brutalement avec le début du conflit en 1939.
Après la guerre elle servit pendant un certain temps en Indochine, mais elle démissionna en 1947 pour élever ses enfants, à la suite de son mariage cette même année avec Nicholas Schlegelmich, sous-officier de la Légion. En 1949, il tomba malade sous les tropiques et, après avoir passé dix-huit mois à l’hôpital, il ne fut jamais plus la même personne. Néanmoins ils restèrent ensemble. Après la mort de son mari en 1995, elle demeura en France.
En 1956, Travers fut décorée de la Médaille Militaire en reconnaissance de sa bravoure à Bir Hakeim. La tâche de lui épingler la médaille revint à Koenig, qui alors était ministre de la Défense.





40 ans plus tard, en 1996, elle reçut la plus haute décoration de la Légion, la Légion d’Honneur, en reconnaissance de son unique participation dans l’histoire militaire.

En 2000, elle publia un mémoire : Tomorrow to be Brave*.
Travers a laissé derrière elle ses deux fils.

*  Traduit par Hélène Prouteau avec le titre : «  Tant que dure le jour ». Sur la couverture on peut y lire : Amour et Héroïsme dans la seconde guerre mondiale, le récit d’une femme exceptionnelle.

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu