Le 19 mars 1962 - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Le 19 mars 1962

MEDIATHEQUE

Loi sur le 19 mars 1962 ?!      
Une proposition qui divise les Français
(Envoi de Jean-Louis Mourrut)






Le Comité d’Entente des Associations Patriotiques apprend avec surprise que le Sénat va examiner, le 23 octobre 2012, une proposition de loi de 2002 visant à faire du 19 mars une journée nationale du souvenir et de recueillement de la guerre d’Algérie et des événements en Tunisie et au Maroc.
Aucune concertation n’a prévalu dans l'action menée par quelques Parlementaires et le Comité y voit un risque grave de division de la communauté nationale.
Déjà en décembre 2001, le Secrétaire d’État aux anciens combattants avait préconisé de ne pas retenir cette date, en raison de la forte opposition d’une majorité d’associations d’anciens combattants, ce qui est toujours le cas aujourd’hui.
Le Comité rappelle qu'il existe déjà une journée nationale concernant cette période de l'histoire, le 5 décembre. Un monument a été érigé au quai Branly.
Il rappelle que seules, deux associations, ont choisi le 19 mars pour leur recueillement. C'est leur choix, cela n'a pas été celui des Présidents de la Vème République y compris le Général de Gaulle et François Mitterrand.
Il rappelle que la loi du 28 février 2012, votée par la très grande majorité des Parlementaires, assure que la mémoire de TOUS les Morts pour la France est honorée le 11 novembre en même temps que la Victoire et la Paix.
En conséquence, le Comité d’Entente, avec les 30 associations signataires représentant 1,2 millions membres, met en garde contre ce projet qui ne peut que raviver des divisions anciennes que l'élan de tant de Français et de Parlementaires pour honorer tous ceux qui sont morts pour la France avait fait oublier.
Le sérieux, la lucidité et le souci de l'intérêt général doivent l'emporter pour qu'enfin le calme s'impose dans le souvenir de ces moments douloureux de notre histoire nationale.


Liste des associations signataires du Communiqué
 
- Le Souvenir Français
- Fédération Nationale André Maginot (FNAM)
- Union Nationale des Combattants (UNC)
- Union des Aveugles de Guerre (UAG)
- UBFT «Les Gueules Cassées»
- Société des Membres de la Légion d’Honneur (SMLH)
- Association amicale des élèves et anciens élèves de l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, La Saint-Cyrienne
- Association des anciens élèves de l’Ecole Navale (AEN)
- Association des anciens élèves de l’Ecole de l’Air (AEA)
- Société d’entraide des élèves et anciens élèves de l’école des officiers de la Gendarmerie Nationale (Le Trèfle)
- L’Epaulette, Association d’officiers
- Association des Combattants de l’Union Française (ACUF)
- Association des Anciens Enfants de Troupe (AET)
- Association Nationale des Anciens et amis de l’Indochine et du souvenir indochinois (ANAI)
- Association Nationale des Commissaires de la Marine (ANCM)
- Amicale de l’EMSST (MINERVE)
- Promotion Victoire Coëtquidan 1945
- Association Nationale des Officiers de Carrière en Retraite (ANOCR)
- Amicale des Anciens Combattants Indochinois
- Association Nationale des Anciens Prisonniers et internés déportés d’Indochine (ANAPI)
- Les Amis de Saint-Cyr et Coëtquidan
- Association de Soutien à l’Armée Française (ASAF)
- Fédération Nationale des Anciens d’Outre-mer et Anciens Combattants des Troupes de Marine (FNAOM/ACTDM)
- La Fraternelle Militaire
- Fédération des Sociétés d’Anciens de la Légion Etrangère (FSALE)
- Union Nationale de Coordination des Associations Militaires (UNCAM)
- Union Nationale des Associations de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (UNAALAT)
- Union Nationale des Anciens Combattants d’Indochine, des TOE et d’AFN (UNACITA)
- Union Nationale des Sous-officiers en Retraite (UNSOR)
- Association Nationale des Participants aux Opérations Extérieures (ANOPEX)
- Association Nationale des Réservistes de l’Infanterie (ANORI


11 novembre 2012
Communiqué de la Fondation Maréchal de Lattre

Non au 19 mars comme date de commémoration nationale
En soutien des positions récentes du Comité d’Entente des Associations Patriotiques, représentant plus d’un million d’adhérents et rassemblant ainsi la grande majorité du monde combattant, la Fondation Maréchal de Lattre exprime son incompréhension et son opposition totale face au choix de la date du 19 mars comme nouvelle journée nationale d’hommage aux morts de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie.
En effet, la date du 19 mars 1962 ne peut en aucun cas être considérée comme la fin de la guerre d’Algérie dans la mesure où ce qui devait être un cessez-le-feu a été en fait le début d’un effroyable bain de sang pour des dizaines de milliers de civils de toutes origines et de tous âges, Harkis et leurs familles, Pieds-noirs, ainsi que pour des centaines de militaires français, tous assassinés par le FLN et par ceux qui s’en réclamaient.
Loin d’être synonyme de paix, le 19 mars est au contraire le symbole du martyre en Algérie de très nombreux Français fidèles à notre drapeau et de civils innocents.
De plus, pour les Morts pour la France lors des combats de Tunisie et du Maroc, le 19 mars est dépourvu de toute signification historique.
C’est dans un esprit de respect des morts et d’apaisement des mémoires que la date du 5 décembre avait été choisie en 2003 comme journée nationale d’hommage aux Morts pour la France tombés en AFN de 1952 à 1962, à l’issue d’une concertation avec le monde combattant qui l’avait approuvée dans sa quasi unanimité.
Le vote intervenu au Sénat, le 8 novembre, dans l’urgence et à une très faible majorité, en restant sourd à l’opposition exprimée par la presque totalité des associations d’Anciens Combattants et de Rapatriés, ne peut que raviver des plaies encore béantes et diviser de manière durable la communauté nationale dans une période déjà critique pour notre Nation.
Faible espoir : le Conseil Constitutionnel a été saisi d’une demande d’annulation de ce texte issu d’une proposition discutée à l’Assemblée Nationale il y a plus de 10 ans sous une autre mandature...
Quoiqu’il en soit, la journée nationale d’hommage du 5 décembre doit être cette année l’objet d’un recueillement et d’une mobilisation encore plus large que les années précédentes. La Fondation Maréchal de Lattre aura à coeur d’y contribuer.
















COMMENTAIRE

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu