Le Sentiment de l'Eglise catholique - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Le Sentiment de l'Eglise catholique

MEDIATHEQUE

JE NE SUIS PAS TOUT À FAIT CHARLIE…

Abbé Luc de Bellescize

(Envoi de Raymond et Annick Vaillant)

La violence des armes en plein Paris, le sang froid implacable des islamistes - car il faut bien dire ce qui est vrai et non s’en tenir à de vagues allusions sur les  «forces obscures», ou se permettre de mettre tous les « extrémistes » dans le même panier -, le sang versé des hommes, particulièrement celui d’un policier chargé de protéger des dessinateurs qui entraient régulièrement dans la surenchère de la provocation, nous plongent dans l’inquiétude et la tristesse. Comme sans doute beaucoup d’entre vous, j’ai confié les morts à la Miséricorde du Christ, et trouvé magnifique que notre Cardinal exprime sa proximité et sa prière. Au moment des débats sur le mariage, il avait été ignoblement caricaturé par Charlie Hebdo, dans un dessin qui insultait la Très Sainte Trinité, le Mystère même de notre Dieu. « Aimez vos ennemis, et faites du bien à ceux qui vous persécutent » (Mt 5, 44). Nous ne répondons pas à la provocation par la violence, mais en faisant sonner le glas, cet appel ténébreux à l’espérance, cette voix du Christ jaillie d’outre-tombe. C’est la grandeur de notre foi chrétienne que de désirer le Salut de tous les hommes, et de « remettre notre épée au fourreau », car « celui qui vivra par l’épée périra par l’épée » (Mt 26, 52).

Il y aurait tout de même une parole risquée à dire. Parmi ceux qui sont morts, les caricaturistes prônaient le libertarisme absolu, le nihilisme éthique et le matérialisme athée. Issus des illusions pacifistes des années 68 et d’une génération « sans Dieu ni Maître », ils avaient décidé de repousser toute contrainte et de faire de l’outrage systématique envers la religion un langage habituel de communication. Condamner ces épouvantables attentats est notre devoir, comme celui de prier pour les victimes. Mais est-il permis de ne pas ériger ces hommes en « icônes » de la liberté ? C’est une triste liberté que celle de s’arroger le droit, avec l’argent public, d’humilier ce qu’il y a de plus sacré chez les êtres.

Certains ne seront sans doute pas d’accord avec cette parole ou la trouveront inadaptée. Je l’entends volontiers. La parole est un risque. Qu’ils respectent au moins ma « liberté d’expression »... Qu’ils n’oublient pas non plus les chrétiens d’Orient, qui, sans avoir cherché le moins du monde à entrer dans la provocation, souffrent et meurent sans susciter la même émotion médiatique.
Père Luc de Bellescize


COMMENTAIRE

MARTIN-BERNE Jacques 2/3
La prière n'a jamais fait gagner la guerre ! Ce sont les armées qui détruisent l'ennemi. Je souligne que la population n'aime pas les militaires en temps de paix mais si la guerre revient alors elle se prosterne devant nous. Il est vrai que Charlie Hebdo a frappé très fort mais ce n'est pas pour cela qu'il fallait les tuer. Ce massacre est abominable.
 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu