Louvet - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Louvet

IN MEMORIAM

A  LOUVET



St Cyriens, officiers et gradés de la Gendarmerie, légionnaires ardéchois et drômois de la Société d’Entraide des Membres de la Légion d’Honneur, membres du clergé ardéchois, amis de toutes origines, nous sommes réunis en cette église St Julien de Tournon pour dire un ultime adieu au Général Jean-Pierre Louvet .
C’est le camarade de Corniche et de la promotion Bir Hakeim qui va parler en leur nom pour s’adresser à ta famille et tes amis pour leur exprimer notre tristesse, l’assurance du souvenir que nous conserverons de toi.

Jean Pierre tu es né  le 26 mai 1940 à Rochefort Montagne, Puy de Dôme.

Après plusieurs déménagements au cours de ton adolescence tu intègres la réputée  Corniche du Lycée HOCHE  où tu prépares sérieusement le concours de la  difficile et encyclopédique option « Histoire et Géographie » de l’Ecole Spéciale Militaire. Tu rentres à  St Cyr Coëtquidan en septembre 1961.
En 1963, tu choisis de servir dans l’Arme du Train. A l’issue de ton année d’application tu es affecté au 151ème Centre d’instruction du Train à Montlhéry, tu y assures successivement les fonctions d’adjoint puis de commandant de Compagnie d’Instruction.
En 1968, tu es affecté au fameux et discret 89ème Bataillon des Services où en tant qu’officier rédacteur tu y démontres tes grandes capacités d’analyse et de synthèse. Tu profites de cette période pour préparer, parallèlement à tes activités, le concours de l’Ecole des Officiers de la Gendarmerie de Melun que tu intègres en 1971.
Désormais ta carrière, au service de la France, se déroulera dans cette Armée d’élite qu’est la Gendarmerie, tu y feras la démonstration de brillantes qualités intellectuelles et de commandement. En effet, tu accèderas successivement à tous les commandements pouvant être tenus par un Officier  tant dans la Gendarmerie Mobile que la Gendarmerie Départementale.

A ta sortie de Melun, en 1972, tu prends le commandement de l’escadron de gendarmerie mobile 4/23 de Nîmes. Après trois années d’activités intenses, tu rejoins la « Blanche » en 1975, et te voilà promu commandant de la compagnie de Tournon. Au cours de ton séjour tu y apprécies la région, tu t’attaches à la ville et tu y tisses un solide réseau d’amitié avec les habitants que tu entretiendras fidèlement en dépit de tes nombreuses mutations

En 1978,  tu es affecté à la Sous Direction Organisation Emploi de la Direction Générale  de la Gendarmerie Nationale à Paris à nouveau tes qualités intellectuelles et tes capacités de travail y sont particulièrement appréciées.  En 1982 tu es admis, sur concours, à suivre le cours d’enseignement supérieur de la Gendarmerie suivi du Cours Supérieur Interarmées

A l’issue de cette scolarité d’enseignement supérieur tu prends, en 1984, le commandement du Groupement de Gendarmerie de la Loire à St Etienne.

Malheureusement, les heureuses périodes provinciales sont de courte durée et l’administration centrale te rappelle à son service, en 1987 tu rejoins la DGGN à Paris, mais cette fois avec des responsabilités élargies comme chef du Bureau Instruction.

En 1992, c’est le retour dans la France profonde, tu prends le commandement de la Légion de Gendarmerie de Poitou Charentes.

En 1996, tu prends le commandement du Centre d’Enseignement Supérieur de la Gendarmerie à Maison Alfort, c’est au cours de ton commandement que tu es promu Général.

Au terme d’une belle carrière militaire, récompensée par les promotions au grade d’Officier de la Légion d’Honneur et d’Officier de l’Ordre National du Mérite , après plus de trente six années de service tu quittes le service actif le 25 mai 1998. Alors, tu décides de te retirer à Tournon, ville que tu avais appréciée dans ton jeune temps, choix que tu n’as jamais regretté.

Tu consacres ta retraite à de nombreuses activités, en particulier bénévolement et avec une grande discrétion tu travailles au sein de la commission diocésaine de l’immobilier, également au profit de ta paroisse. Une partie de ton temps est dédiée à ta grande famille, tu profites avec bonheur de tes petits enfants.

En 2005, la maladie est venue sournoisement te frapper, tu fais face avec combativité et réalisme. Tu supportes avec beaucoup de courage les traitements qui te sont administrés malgré la fatigue qui en résulte. Je me rappelle de ton analyse lucide de ta situation et de tes espoirs.

Une foi chrétienne forte et exemplaire t’aide à supporter l’épreuve jusqu’à ton dernier souffle. Le 25 avril, dans l’après midi, serein, ton âme en paix, tu nous quittes assisté par les tiens, tu  rejoins la maison du Père.

La promotion Bir Hakeim très attristée, s’associe à l’hommage sincère qui t’est rendu en ce jour par tes amis. Elle renouvelle à ton épouse Geneviève, à tes enfants et petits enfants l’expression de ses sincères condoléances. Partageant leur peine, elle les assure de son soutien chaleureux et amical.

Au nom de tous ceux qui t’ont connu et apprécié, et avec l’espoir de ceux qui croient en la vie éternelle, nous te disons repose en paix   

Adieu Jean Pierre


 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu