Opération Chammal - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Opération Chammal

MEDIATHEQUE


Rédacteur: Colonel PAQUOT SIRPA Air

Envoi de Pierre Jacquet (Vercors)

INTRODUCTION
Le but de l’opération est de répondre à la demande d’assistance formulée par le gouvernement d’Irak face à Daech. C’est le cadre politique de cette mission nationale opérée en coordination avec les Etats-Unis et les autorités irakiennes dans le respect du droit international.
Dans ce contexte très dense, le professionnalisme et la réactivité de nos équipages, la qualité de la préparation des missions ainsi que la précision des équipements utilisés sont autant d’atouts qui permettent à la France de devancer toute allégation de victimes civiles. Néanmoins, il est nécessaire de préserver l’anonymat des militaires français engagés et de rester évasif sur les localisations de nos empreintes dans le Golfe dans un souci de coordination avec les autorités locales. L’action de la France revêt d’autres volets notamment un volet logistique au Kurdistan permettant un soutien humanitaire aux réfugiés.

ELEMENTS OUVERTS

CADRE LEGAL
Des moyens militaires français sont engagés contre le groupe terroriste Daech conformément à la décision du PR. Cet engagement répond à la demande du gouvernement irakien et s’inscrit dans le cadre des résolutions du CSNU notamment la Résolution 2170 du 15 août 2014 qui condamne les actes terroristes commis en Irak et en Syrie. Ce sont ces deux éléments qui fondent la légitimité de l’intervention française aux yeux du droit international.
Concernant la Syrie, une coalition menée par les Etats-Unis avec le soutien de cinq pays arabes a frappé dans la nuit du lundi 22 au mardi 23 en Syrie. C’est la première intervention militaire internationale depuis 2011 en Syrie contre les djihadistes. Ce second front, auquel la France ne participe pas, s’est ouvert dans un contexte légal différent du front irakien. « La coalition menée par les Etats-Unis ne s’appuie ni sur une demande formulée par un pouvoir légitime, ni par un mandat de l’ONU. Les Etats-Unis sont intervenus en Syrie suite à un appel de la Coalition nationale syrienne. Or, si cette instance est reconnue en tant que « représentant légitime du peuple syrien » par le Conseil de coopération du Golfe, l’Union Européenne et les Etats-Unis, elle n’est pas considérée pour autant comme le gouvernement syrien. Sa demande ne saurait donc justifier une opération militaire. Le régime de BacharAl-Assad a rejeté l’idée d’une intervention internationale contre l’EI sur son sol et les Etats-Unis ont écarté la possibilité de faire appel à son soutien» (Le Monde 24/09/2014).
En fait, dans ce domaine, tout dépend de l’interprétation que l’on donne à l’article 51 de la Charte des Nations unies et de la notion de légitime défense…

NATURE DES MISSIONS
Les missions effectuées par les appareils français sont de deux natures. Il s’agit de missions d’ISR (Intelligence Surveillance et Reconnaissance) et de missions de frappes contre des objectifs au sol. Ces missions sont réalisées depuis vers des objectifs situés uniquement en Irak. Le 20 septembre, l’EMA a choisi pour cette opération le nom de CHAMMAL qui est un vent soufflant généralement de Nord-Ouest sur l’Irak et le Golfe Persique. Il provoque de violentes tempêtes de sable
.

MOYENS ENGAGES
Les missions sont effectuées par les 6 Rafales de l’EC 3/30 Lorraine appuyés par un C135 de la 31ème Escadre aérienne de ravitaillement et de transport stratégique (EARTS) et un ATL2 de la Flottille 23F de la Marine Nationale. Aucun avion de chasse n’a été convoyé depuis la métropole pour pouvoir débuter les missions.Le 13 septembre un renfort en capacités de renseignement (nacelle RECO-NG) a été déployé par A400M directement depuis Orléans et le C135a rejoint le théâtre le 14 septembre.




COMMANDEMENT et COORDINATION
Commandées par le CEMA à partir du CPCO, les missions françaises sont réalisées sous Contrôle Opérationnel du contre-amiral Beaussant commandant la zone Océan Indien (ALINDIEN). Elles s’inscrivent dans une étroite collaboration avec nos alliés présents dans la région.
Pour réaliser cette coordination, des aviateurs français ont été insérés dans les différentes structures de planification et de conduiteà Tampa en Floride, au sein du CAOC d’Al-Udeidau Qatar (environ 15 aviateurs), au sein d’ARCENT à Koweit( 2 aviateurs) ainsi qu’au JOC à Bagdad.

Le CAOC est la structure chargée d’intégrer les contributions des différentes nations, de produire la documentation opérationnelle, d’élaborer et de conduire la manoeuvre aérienne. C’est à ce niveau que se situe le représentant français chargé de jouer le rôle de « RedCardHolder » garantissant que lesrègles d’engagement françaises soient respectées notamment sur la nature des objectifs traités par les avions français lors des missions d’attaque au sol.

MISSIONS D’ATTAQUE AU SOL
Lors d’une mission d’attaque au sol, les objectifs peuvent être connus par les équipages avant le décollage ou leur être désignés une fois qu’ils survolent la zone des opérations notamment à proximité immédiate des lignes de contact.

« DeliberateTargetting »

Dans le premier cas, des missions d’ISR sont préalablement réalisées pour élaborer le dossier d’objectif et déterminer les conditions de traitement (points d’impact, nature des armements et respect des règles d’engagement). L’objectif est identifié avant le vol et très souvent il s’agit d’infrastructures fixes. Lorsqu’un tel objectif est ensuite frappé par les avions, on parle alors de « DeliberateTargetting ». Le rôle du RedCardHolderest alors essentiel dans la phase de préparation afin de vérifier le respect des règles nationales d’engagement.

« DynamicTargetting »

Dans le second cas, les avions se tiennent prêt en vol à assurer des frappes sur des cibles d’opportunités qui leur seront désignés par leurs propres systèmes de bord (ex : POD DAMOCLES), depuis le sol par un Forward Air Controller (FAC)ouencore par un autre aéronef. On parle dans ce cas de « DynamicTargetting ». Le rôle du RedCardHolder au sein du CAOC est alors essentiel dans la phase de conduite pour le respect des règles nationales d’engagement. En effet, lors de ces missions de DynamicTargetting, il est primordialde déterminer les positions des troupes amies et de la population afin d’éviter les dommages collatéraux et les tirs fratricides.Cette évaluation de situation est notamment permise par une couverture importante de drones au-dessus du théâtre. En effet, ilsretransmettent en temps réel les images de la cible dans son environnement directement à la salle de conduite du CAOC à laquelle le RedCardHolder a pleinement accès illustrant ainsi les bonnes relations avec les US.

MISSIONS EFFECTUEES

La première mission ISR a eu lieu le 15 septembre et la première mission de frappes le vendredi 19 septembre.Effectuées au rythme d’environ trois sorties par jour (2 pour les Rafale et 1 pour le C135) d’une durée allant de 5 à 8 heures par sortie, les vols alternent entre missions ISR et missions de CAS.La zone d’intérêt pour les missions des avions français est atteinte environ 2h après le décollage.
Lors de la mission du vendredi 19 qui a duré près de 5 heures, 2 Rafales armés de GBU12, le C135 et l’ATL2 ont été engagés. 4 bombes ont été larguées sur un dépôt logistique de Daech situé dans la région de Mossoul. L’objectif a été détruit sans provoquer de dommages collatéraux. Il s’agissait d’une mission effectuée sur un objectif défini à l’avance (deliberatetargetting).L’élongation de cette mission correspond à un avion décollant de Paris avec un objectif dans la région de Gilbraltar.

D’autres missions programmées en « DynamicTargetting » sur des cibles d’opportunité dans les zones de contact entre forces irakiennes et éléments de l’EI, ont également été réalisées depuis le 19 septembre par les avions français. Notamment le jeudi 25 septembre, 2 Rafale ont détruit avec 4 GBU 12 des hangars dans la région de Fallujah à 60 km de Bagdad.La mission a duré environ sept heures. Les deux Rafale ont donc dû être ravitaillés plusieurs fois par l’avion ravitailleur C-135 français et 1 fois par un avion ravitailleur de l’US Air Force. L’ATL2 a effectué un vol d’une dizaine d’heures pour procéder au Battle Damage Assesmentafin d’évaluer le résultat des frappes.

CHRONOLOGIE

- 10/8 : 1er mission d’appui humanitaire français vers Erbil (18 tonnes de fret)
- 13/8 : 2ème mission d'appui humanitaire français versErbil (20 tonnes de fret)
- 21/8 :3ème mission d’appui humanitaire français versErbil (21 tonnes de fret)
- Nuit du 30 au 31/08 : aérolargage de 3 Tonnes de fret par deux C160 vers Armeli (160 km nord de Bagdad)vidéo
- 13/9 : projection depuis Orléans d’une capacité RECO-NG par A400M (12,8 tonnes )
- 14/9 : projection depuis Istres d’1C135 de la 31ème EARTS
- 15/9 : première mission française d’ISR
- 16/9 : participation d’un ATL2 aux missions d’ISR
- 19/9 : 1ères frappes aériennes(4 GBU12) contre un dépôt logistique dans la région de Mossoul
- 19/9 : 1ère mission de CAS/ISR pour ATL2
- 19 et 20/9 : 4ème vol humanitaire français vers Erbil
- 20/9: première mission de Close Air Support (DynamicTargeting) dans la région de Bagdad
- 24/9 : première mission combinée ISR/CAS accomplie par 4 Rafale, soutenus par le C135 FR
- 25/9 : 2èmes frappes aériennes (4 GBU 12) contre quatre hangars contenant du matériel militaire dans la région dans la région ouest de Bagdad, à proximité de Falloujah. (DynamictargetingTargeting)
- 26/9 : 5ème mission d’appui aérien (en Dynamictargetting) dans le nord de la zone d’intérêt
- 27/9 : No flyday pour les Rafale – Mission LOG : arrivée d’un A400M
- 28/9 : 6ème mission CAS (dynamictargeting) des Rafale appuyés par le C135 et un KC10 et dans la région ouest de Bagdad et 6ème mission ISR de l’ATL2

BILAN SUCCINT au 28 septembre

- 13 missions Rafales dont deux ont amené à délivrer de l’armement. Les Rafales sont soutenus à chaque sortie par un C135 ravitailleur.
- L’ATL2 a participé à plusieurs missions d’ISR.
- Nb de GBU tirées : 8
BILAN GLOBAL DU 15/9 au 28/9 :
- Nb de mission CAS « dynamictargeting » sans tir: RAF : 6
- Nb de mission STRIKE « dynamic targeting »: 1
- Nb de mission STRIKE « deliberate targeting »: 1
- Nb de GBU tirées : 8
- Nb de mission ISR : RAF: 5 / ATL2: 6
- Nb de mission CAS/ISR ATL2: 2
- Nb heure de vol RAF : 150H en 26 sorties / C135FR : 68H en 11 sorties / ATL2 : 74H (au 28/09)
MOYENS US :
- La mission Combat Search and Rescue (CSAR) - capacité à secourir les pilotes en zone hostile – est assurée par les Etats-Unis dans les deux zones dévolues à la France.

MOYENS US :
- La mission Combat Search and Rescue (CSAR) - capacité à secourir les pilotes en zone hostile – est assurée par les Etats-Unis dans les deux zones dévolues à la France.


COMMENTAIRE

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu