Un "Pastiche"...sinon rien! - Lettre ouverte de Gérard Depardieu - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Un "Pastiche"...sinon rien! - Lettre ouverte de Gérard Depardieu

MEDIATHEQUE







Lettre de Gérard DEPARDIEU a François HOLLANDE (Decembre 2012)
.
6 mai 2013, 09:59


Un pastiche... sinon rien !

(Envoi de Jean-Louis Mourrut)



Monsieur le Président de la République,

j’aurais aimé vous écrire pour vous présenter mes vœux etsouhaiter à la France une année 2013 pleine de bonheur mais l'actualité en adécidé autrement.

II ne vous a pas échappé que je suis devenu l'ennemi publicn° 1, celui qui est la cible quotidienne de tous les journalistesautoproclamés, la victime expiatoire jetée en pâture aux Français par le moindre histrion ou plumitif de caniveau, le bouc émissaire de tous les échecs gouvernementaux et Dieu sait s'ils sont nombreux ! Je ne m'en plains pas, c'est la rançon de la gloire et la mienne est immense comparée à celle de ces nabots, de ces nains de ardin qui entendent me dicter ma conduite. Comme disait le grand Bernanos dont j'ai interprété au cinéma Sous le soleilde Satan: « Les ratés, eux, ne vous rateront pas ».

Ils croient m'atteindre, ces petits marquis de gauche anoblis le 6 mai 2012, et, à travers moi, ceux qu'ils appellent les « riches» dont vous faites, du reste, partie Monsieur le Président, mais ils ne renvoient dans le miroir sans tain que l'image de leur haine, de leur jalousie, de leur médiocrité et de leur petitesse. Quelle est l'image que la France, dont vous êtes le garant, Monsieur le Président, donne à I ‘étranger avec cette «chasse au Depardieu » à longueur d'antenne ? Nous donnons l'image pitoyable d'une France aux abois, sans cap ni boussole, qui tire sans sommation sur ceux qui créent de la richesse, des emplois, qui paient des impôts, hélas pas assez á votre goût, mais, en plus, qui chasse et fait fuir tous ceux qui donnent à la France un surcroît de grandeur et de gloire...

On aurait aimé, Monsieur le Président de la République, quevous attaquiez avec la même énergie, le même courage, M. Yannick Noah, «l'icône» de la gauche bien pensante, le chantre de l'antiracisme dans les grand-messes socialistes, lui aussi réfugié fiscal á l'étranger, en Suisse précisément, mais cela aurait certainement dépassé votre honnêteté intellectuelle, heurté votre sens de la justice et de l'équité et malmené votre belle conscience de gauche ! Au nom de quel principe supérieur, M. Noah a-t-il droit à un régime de faveur qui rappelle les privilèges d'Ancien Régime alors que moi, on me voue aux gémonies ? Heureusement que les galères n'existent plus sinon, avec ma gueule et ma force herculéenne, j'étais bon pour le prochain embarquement !

A l'inverse de ce Monsieur, j'incarne le mal absolu et je suis, à moi seul, le symbole de tout ce que vous haïssez et méprisez, Monsieur le Président : Cyrano, le plus Français des Français avec son panache, sa verve, son sens du devoir et du sacrifice, ses traditions gasconnes et bien françaises. Pour aggraver mon cas, je suis un incorrigible récidiviste de la geste gauloise ; je viens, en effet, d'incarner Obélix au cinéma, Obélix résistant à l'envahisseur, défendant sa petite patrie comme la grande avec grand cœur, courage, humour, sens de l'amitié et... force rasades de potionmagique ou autre liquide alcoolisé. Bref, l’horreur absolue pour votre vision puritaine, étriquée, constipée et petite-bourgeoise de la vie.

Vous me livrez, Monsieur le Président, au grand Inquisiteurqui a pour nom aujourd'hui la police de la pensée, officiellement pour des raisons fiscales, mais en réalité pour d'autres raisons inavouables comme une maladie honteuse. Je quitte sans regret le navire France qui prend eau de toutes parts (vous connaissez ma détestation pour ce liquide) car je n’ai pas envie de travailler pour l'État du 1er janvier au 30 septembre, samedis et dimanches inclus et de ne travailler pour moi qu'á partir du 1er octobre.Que j'aille en Belgique, en Suisse, en Russie, au Sri Lanka ou aux îles Féroé,quelle différence à partir du moment où je quitte l'enfer fiscal que vous avez mis en place.

En fait Monsieur le Président vous me reprochez de manière subliminale trois griefs que vous n'avez pas le courage d'énoncer publiquement par pudeur de chaisière socialiste ou par crante du ridicule, mais que je vous livre volontiers pour libérer votre conscience affreusement torturée par ces critiques et soupçons permanents.

1.Vous me reprochez tout d’abord, d'avoir choisi la Russie éternelle de Poutine comme exil, celle qui vomit la laïcité de l’État,celle qui considère que l'homme a d'abord des droits avant d'avoir des devoirs, celle qui lutte contre l'immigration extra-européenne facteur d'appauvrissement général et d’affrontements ethniques inévitables, celle qui veut réconcilier la Russie avec son passé glorieux et sa grandeur. Vous aurez remarqué, Monsieur le Président que c'est l’exact opposé, le négatif parfait de ce que vous faites en France avec le succès que l'on sait. Peut-être, la nuit, avez-vous des remords ?

2.Vous me reprochez, ensuite, mon côté «franchouillard », grande gueule, peuple (je suis ne a Châteauroux dans une cité HLM), bon vivant, porté sur la chopine et tout ce qui porte jupon (la jaquette,très peu pour moi), d’être à la fois le descendant de Rabelais, du Père Hugo, l’héritierde Dumas, père et fils, de Maupassant et le cousin de Chesterton. Belle ascendance, belle lignée dont je suis fier et dont je ne renie rien. En reprenant un terme flaubertien : rien de ce qui est « hénaurme » ne m’est indifférent. C'est peut-être pourquoi je porte, en toutes circonstances, haut les couleurs de la France à l’étranger avec une légitime fierté. Hors de France, qui vous connait, Monsieur le Président? II est vrai que votre nom dont vous n'êtes pas responsable, prête plus à la mollesse, aux rondeurs, au peu de saveur et de goût qu'aux chevauchées fantastiques et à l'épopée victorieuse. Quand on porte le patronyme de Depardieu, on est force à la grandeur, au dépassement de soi, en un mot à l'excellence, mot qui a été gommé depuis longtemps de l'école républicaine.

3.Enfin, vous me reprochez de ne plus faire partie des comités de soutien de la gauche comme naguère, de ne plus mettre mon nom au bas des manifestes socialistes et, surtout, horrescoreferens (j’ai des lettres pour un gars du peuple), d'avoir, presque seul, donné mon parrainage à Nicolas Sarkozy en 2012.Cela, vous et vos amis ne me le pardonneront jamais ! Ayez, Monsieur le Président,le courage de le dire, de l'avouer au lieu de me traiter d'émigré de 93, demauvais citoyen, de « minable » comme votre premier ministre (1), moi qui ai donné à la France un prestige reconnu a l’étranger, qui ai fait rêver desmillions de Français, leur ai apporté de la joie et du bonheur dans leur grisaille quotidienne.

J'ai acheté un domaine viticole dans la région de Chinon comme feu mon ami Jean Carmet, je fais construire une villa à Trouville, en Normandie, sur les traces du duc de Morny, sont-ce là des signes visibles de mon désintérêt pour la France, de mon départ vers d’autres cieux plus cléments ? Si j’étais mort avant 2007, la gauche m’aurait encensé, les media m’auraient portéaux nues, le versatile François Hollande aurait demandé pour moi le Panthéon, ce qu'à Dieu ne plaise ! Je préfère être enterré à Chinon, le pays de Rabelais au pied d'un cep de vigne, au confluent de la Vienne et de la Loire, á l'ombre de saint Martin.

Pour conclure Monsieur le Président, j'imiterai le grand Soljenitsyne : je reviendrai en France lorsque la terreur fiscale aura disparu, lorsque vous serez, Monsieur le Président, renvoyé dans les poubelles de l‘Histoire, dont vous n'auriez jamais du sortir. En attendant ce jour, je bois une vodka à la santé de la France qui se prive de ses riches et fait crever ses pauvres. Bons baisers de Russie pour rester dans le registre cinématographique et que Dieu redonne á la France sa grandeur passée, foi de Cyrano !

Gérard DEPARDIEU

Citoyen russe. Français de tripes et d'âme




(1)            Je renvoie M. Ayrault au vieux Courteline : « Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un plaisirde fin gourmet ».









COMMENTAIRE

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu