Vers un "Louvois" de la communication de la Défense - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Menu principal :

Vers un "Louvois" de la communication de la Défense

MEDIATHEQUE

Vers un "Louvois" de la communication de la Défense
Jean-Dominique Merchet

Publié le jeudi 26 septembre 2013 à 18h43



J'encombre assez peu ce blog de considérations sur la communication de la défense et des armées, étant d'avis qu'il s'agit là de notre cuisine interne et que ces sujets, un peu nombrilistes, n'intéressent guère les lecteurs. Un épisode m'incite toutefois à sortir de cette réserve, parce qu'il témoigne d'une crise larvée et de dysfonctionnements qui touchent ce domaine désormais essentiel dans la conduite des affaires publiques.

Ce matin, l'armée de l'air annonçait sur son site internet le premier vol d'un équipage français d'un drone Reaper. Rien d'autre à dire que : "merci pour l'info". Il se trouve que le jeudi est le jour du point de presse hebdomadaire du ministère de la défense et, évidemment, les journalistes posent des questions relatives à ce sujet. Et là, devant la presse, la machine s'enraye.

La question était simple : deux engins vont être prochainement livrés, mais pouvez-nous nous dire où  ?

Qui doit parler ? Le représentant de l'armée de l'air - puisque c'est son armée qui perçoit ce nouvel équipement ? Le représentant de la DGA - car c'est elle qui achète les matériels ? Le réprésentant de l'état-major des armées - comme c'est l'EMA qui utilise les drones ? La Dicod, parce qu'elle parle au nom de la défense ?  

Que nenni ! L'armée de l'air ne peut rien dire de l'utilisation de ces matériels, cela releve de l'état-major des armées. Celui-ci ne peut rien dire non plus puisqu'il s'agit de renseignement et que c'est forcément secret. La DGA ne dit rien puisque cela concerne déja l'armée de l'air. Et la Dicod n'est pas autorisée à parler des opérations militaires... On se pince.

Aux quatre représentants de ce matin, ne manquait que le cinquième, le très actif conseiller de presse du ministre.  

Au final, personne ne dit quoi que ce soit, même pas un vague "au Sahel", alors que chacun sait que les deux Reapers prélevés sur une commande de l'USAF ne pourront pas voler sur le territoire national, du fait de la reglementation. Ils iront sans doute à Niamey (Niger) aux côtés du détachement de drones américains qui appuie les Français de l'opération Serval et où sont déjà les Harfang. Accompagné de journalistes, le ministre de la défense s'y est pourtant rendu et même fait prendre en photo par l'AFP devant un drone ! Vous parlez d'un secret.

Tout cela prêterait à rire, si cela n'illustrait les guéguerres de tranchées entre les divers services de communication, et au delà entre les lieux de pouvoir au sein des armées et de la défense.

Même des vieux routiers tel que le pacha de ce blog ne comprennent plus vraiment qui est autorisé à parler de quoi dans cette usine à gaz. Que dire alors du journaliste qui débarque sur le sujet et se trouve confronter à cet univers kafkaïen ?

Les bonnes volontés des uns et des autres ne sont pas en cause, mais plus personne de sensé ne saisit qui fait quoi.  Un clignotant rouge s'allume. De cette situation, dans un autre domaine, on voit chaque jour les résultats avec le scandale Louvois de paiement des soldes, où la dilution des responsabilités a abouti à un échec dont il est impossible aujourd'hui de désigner les responsables.

Le même phénomène est en train de se reproduire dans la com'. C'est une affaire sérieuse -non pas parce que les journalistes sont concernés - mais parce que les Français ont le droit de savoir ce qu'on fait de leur argent et quelles sont les opérations menées en leur nom.

"La France achète des drones américains pour combattre les groupes islamistes au Sahel et ces appareils y seront donc basés dès que possible, selon toute vraisemblance à Niamey, pour des raisons logistiques évidentes". Il ne s'est trouvé personne ce matin pour dire ses simples choses, même off the record. Parce que tout le monde se méfie de son voisin. Sic transit...



COMMENTAIRE

 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu