Gazala - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Gazala

L'Histoire
GAZALA

Depuis deux ans, le désert de Libye, sans relief, sans végétation, donc favorable à la manoeuvre des chars, est le théâtre de combats menés sous la forme la plus moderne: des formations motorisées et blindées s'y rencontrent appliquant à la lettre les théories d'écoles, c'est la bataille à l'état pur et dans cette immensité inhabitée aucun civil n'en souffre : la guerre du désert est une guerre technique, propre et sans haine mais le personnel et le matériel sont mis à rude épreuve par la chaleur et le vent de sable.

Le meilleur jugement, sur la Spécificité du désert, est porté par le Général Von Ravenstein, commandant le 21ème| Corps de Panzers:  « le désert est le paradis des tacticiens mais l'enfer des techniciens ».

La valeur du chef, celle du combattant. autant que la supériorité matérielle interviennent dans l'affrontement de deux armées d'égale importance; mais la logistique y joue un rôle prépondérant ; le succès dépend d'abord des approvisionnements arrivés par la mer dans les dépôts, de la vulnérabilité aux coups de l'aviation, des lignes de communication maritimes et terrestres, donc des moyens de transport dont le nombre est fonction des distances à parcourir ; il en résulte une alternance de progressions et de replis le long du littoral méditerranéen, va-et-vient que les Français Libres appellent « la promenade des anglais ». En février 1942, les Allemands s’arrêtent devant une ligne Gazala - Bir-Hakeim que le QG britannique a décidé de tenir pour couvrir le port de Tobrouk, nécessaire à la défense de la Marmarique.
Entre deux offensives, une trêve s’établit, elle durera cette fois-ci trois mois.

Allemands et Anglais reprennent souffle, reconstituent leurs dépôts, attendent des renforts, épaississent leurs champs de mines et préparent les plans d'une nouvelle opération. Le mot trêve est d'ailleurs impropre, car ''in the blues'' (1) du vaste espace qui sépare les deux camps, des colonnes mobiles composées de toutes les armes : infanterie, artillerie, génie, D.C.A, harcelent les lignes adverses cherchant à y jeter le trouble.
C'est ainsi que le 21 mars 1942 , plusieurs groupements français attaquèrent pour attirer sur eux les coups de la Luftwaffe. Il s’agissait de permettre le passage en Méditerranée d’un convoi de ravitaillement indispensable à la survie de Malte. A cette occasion, les Français Libres, n 'apprécièrent guère l’enthousiasme que manifestaient leurs officiers de liaison britanniques, lorsque s'étant hardiment. imprudemment et courageusement engagés dans les arrières ennemis, ils reçurent à quatre reprises la ''visite'' d'une escadrille de stukas.
( 1 ) dans la tristesse
A ce jour, 132 militaires français sont morts pour la France en Afghanistan, en Somalie, au Mali ,au Levant et en Centrafrique
Retourner au contenu