L'échec de Rommel - Bir-Hakeim

Aller au contenu

L'échec de Rommel

L'Histoire
''Lorsque nous nous trouvons dans la cour du fort, non loin du puits desséché qui ne peut apporter aucune aide aux défenseurs, et encore tout imprégnés du sentiment de notre victoire, nous ne doutons pas que le moment ne soit arrivé. Maintenant la moisson peut commencer, maintenant les drapeaux de la victoire sont avec nous. Maintenant arrive la paralysie sur Ritchie et le front adverse qui était bâti sur Bir-Hakeim'' (1).

Aïn-el-Gazala est occupé le 14 Juin, dans Tobrouk enlevé le 21 Juin, Rommel, Promu Maréchal, trouve les moyens nécessaires pour continuer sa marche. Rien ne l'arrête, il atteint El-Alamein, l'arrivée de l'Afrika Kops à quatre-vingt kilomètres d'Alexandrie sème la consternation au Caire, la Royal Navy évacue les ports de Méditerranée menacés, la R.A.F. se replie sur les bases du Proche-orient.

Pendant ce temps, les Britanniques rassemblent en hâte cinq Divisions sur la position défensive d'El-Alamein, sommairement préparée en 1940 par le Général Wavell, ils rappellent la 9ème  Division australienne des « Tobrouk rats », casernée en Syrie, la 4ème Division hindoue, qui était au repos à Chypre, rejoint, les 44ème et 51ème  Divisions britanniques, attendues depuis deux mois, arrivent, enfin, de Grande-Bretagne. La VIIIème Armée, abattue et décimée, atteint El-Alamein: la 2ème  Division néo-zélandaise se regroupe, la 50èmeDivision britannique se reforme. Et des chars et antichars modernes débarquent en Egypte.

Il s'en est fallu de peu que Rommel ne gagne, les cinq jours de combats acharnés qu'il a consacrés à la destruction de Bir-Hakeim pour exécuter l'ordre d'Hitler d'écraser à tout prix les Français, l'en ont empêché.
'' Tous les Gaullistes sont là, les anéantir, c'est réduire d'un seul coup l'esprit de résistance des Français'' directive que Mussolini confirme le 10 Juin, en ces termes : ''conquérir dans un premier temps Bir-Hakeim qui présente les deux aspects politique et militaire'' .

En fixant toutes les forces de l'Axe, la 1ère  Brigade Française Libre a sauvé le Moyen- Orient. Tandis qu'à Stalingrad, le rêve hitlérien se brise, le grain de sable de Bir-Hakeim enraie, en Libye, la redoutable machine de guerre de Rommel, la médaille commémorative, aux couleurs italiennes et allemandes, frappée pour l'entrée triomphale au Caire de l'Armée Blindée d'Afrique, ne sera jamais attribuée.

Après leur poursuite de huit cents kilomètres, les Unités italo-allemandes sont, elles aussi, fatiguées, leurs chars usés, et la Luftwaffe à court d'essence. De plus, ''l'Armée Blindée d'Afrique'' est tributaire d'une ligne de ravitaillement terrestre trop longue et vulnérable aux attaques aériennes, elle ne pourra jamais recevoir la totalité des munitions, d'eau, d'essence et des vivres dont elle a besoin.

(1) Témoignage du correspondant de guerre Lutz Koch

A ce jour, 132 militaires français sont morts pour la France en Afghanistan, en Somalie, au Mali ,au Levant et en Centrafrique
Retourner au contenu