La DFL rejoint la 8ème armée - Bir-Hakeim

Aller au contenu

La DFL rejoint la 8ème armée

L'Histoire
Le Général de Gaulle a confié au Général de Larminat la mission de former au Levant un groupement de deux Divisions Légères, dites ''alpha'' , armées et équipées avec le matériel abandonné sur place par l'armée du Général Dentz. Il souhaite voir ses volontaires engagés au plus tôt dans la bataille, eux qui viennent de vivre le drame douloureux de la guerre de Syrie.

Mais l'introduction d'une force française sur le théâtre d'opérations libyen se heurte à des obstacles difficiles à surmonter: le commandant de la VIIIème armée ne manifeste aucun empressement à accepter la proposition du Général Catroux de faire participer à la campagne de Cyrénaïque ''le Groupement Larminat'' .
     
Le Général de Gaulle traite alors personnellement l'affaire et fait connaître par une note du 7 Octobre à M. Winston Churchill et au Commandement britannique du Moyen-Orient, les raisons qu'il a de voir aboutir une demande qui lui est chère.
Nos alliés sous le prétexte de ne pouvoir assurer le complètement avec du matériel anglais, ni l'entretien d'unités dotées d'armement français, refusent le 27 Novembre de recevoir ce groupement au sein de la VIIIème Armée. Alors le Général qui, depuis le 26 septembre, est reconnu par le Gouvernement de l'U.R.S.S. comme Chef des Français Libres, convoque l'Ambassadeur M. Bogomolov accrédité auprès de lui et lui propose d'envoyer des forces françaises sur le front Russe.


Dès la mise en route vers l'Est de l'Escadrille ''Normandie'' du Commandant Tulasne, le Commandement Britannique du Moyen-orient s'émeut, alerte M. Churchill qui s'empresse de faire connaître, dans une lettre chaleureuse au général de Gaulle, que le général Auchinleck est ''anxieux d’engager au plus vite » une grande unité française dans les opérations qui vont avoir lieu en Libye, d'autant plus que la reprise de l'offensive par Rommel parait imminente.

Le généra Koenig se rend au Caire pour connaître les conditions relatives  à la participation de sa ''Division Légère'' à la campagne du désert et les possibilités de la faire suivre d'autres formations. Après discussion le Général Auchinleck accepte enfin le renfort de deux brigades et d'un élément blindé pour prévenir leur départ en Russie; cependant il limite ces Unités, au niveau du ''Brigade-Group'' , selon la terminologie britannique, obligeant de ce fait les français à modifier la structure des ''Divisions Alpha'' pour les rendre conformes à l'organigramme anglais
A ce jour, 132 militaires français sont morts pour la France en Afghanistan, en Somalie, au Mali ,au Levant et en Centrafrique
Retourner au contenu