Le monde en 41/42 - Bir-Hakeim

Aller au contenu

Le monde en 41/42

L'Histoire
A la fin de l'année 1941 , une lueur d'espoir naît chez les alliés engagés dans une guerre qui embrase le monde entier. L’Amérique est, en effet, entraînée au mois de décembre, dans un conflit, avec son formidable potentiel humain et matériel, animée de la volonté farouche de venger l’affront que vient de lui faire subir le Japon.

A l’Est, devant Moscou, l’offensive allemande échoue, menée par une température de –36°C, elle s’est heurtée à l’opiniâtreté héroïque des russes et au « Général Hiver » que tenta d’affronter jadis,  la grande armée de Napoléon ; devant Leningrad les nazis livrent, sans succès une grande bataille.

En Afrique du Nord, la VIIIème  armée britannique du général  Auchinlek chasse Rommel de la Cyrénaïque, le repoussant jusqu’aux portes de la Tripolitaine. L’Afrika Korps et le Corps d’Armée italien repliés occupent, au sud du golfe de Syrte, la position défensive extrêmement forte de Bir-es-Suera, à l’abri des marais salants d’El-Agheila que traversent quelques routes minées. Ils disposent en outre, à Ma’atem Giofer de ressources abondantes en eau potable et sont à proximité d’excellents aérodromes prés desquels se dresse l’orgueilleuse porte monumentale édifiée par ordre de Mussolini à la gloire des armées de l'Axe. Les Anglais l'appellent « Marble Arch » ; en effet les troupes de Grande Bretagne et du Commonwealth aiment baptiser les différents sites de Libye et les pistes qui y mènent de noms de leurs contrées d'origine. Les londoniens vivent à Knightbridge et bien sûr à Piccadilly, les Indiens suivent la route de Bombay, les Australiens celle de Sydney. La rue des Princes convient aux Ecossais.

L'espérance qu'avaient suscitée les succès des derniers mois de l'année 1941 s'est rapidement dissipée au début de 1942. Dès les premiers jours, la situation se présente sous de moins bons auspices. A Londres dans son émission à la B.B.C ''les Français parlent aux Français'' Pierre Bourdan annonce presque quotidiennement'. ''ce soir, les nouvelles ne sont pas bonnes''. En effet, en Extrême-orient après la reddition de Hongkong le jour de Noël 1941 , les Japonais poursuivent de rapides conquêtes: les Philippines, la Birmanie avec ses puits de pétrole, la Malaisie après la chute humiliante de Singapour, le ''Gibraltar du Moyen- Orient'' , et Java capitule à son tour. L'orgueilleuse flotte nipponne, invaincue, s'engage dans la Mer de Corail, et menace l'Australie.

Sur le théâtre d'opérations de l'Est, les Allemands arrêtent la tentative soviétique de rupture du front, puis concentrent leurs efforts sur le Don et la Volga, progressant en direction du Caucase. Ils foncent sur la Crimée avec des forces blindées quatre fois plus importantes que celles de leurs adversaires, leur but étant de s'emparer des ressources pétrolières nécessaires à la poursuite de la guerre. L'aide matérielle fournie par les anglo-saxons à l'armée soviétique suffit à peine à compenser les pertes qu'elle subit ; et la route de l'arctique empruntée par les convois britanniques solidement escortés, souvent par des corvettes des Forces Navales Françaises Libres, ne tarde pas à être coupée. Staline hargneux, qui a déjà perdu près d'un million d'hommes, réclame toujours plus de matériels, d'armes et de chars. Il envoie Molotov à Londres puis à Washington avec mission d'exiger l'ouverture d'un second front.

En Méditerranée la situation n'est pas meilleure, les germano-italiens écrasent l'île de Malte sous les bombes, sept mille tonnes en un mois. L'île est désormais dans une position désespérée et son ravitaillement quasiment impossible. Les renforts destinés au Moyen- Orient sont acheminés par voie maritime autour de l'Afrique, par le Cap de Bonne Espérance, long détour de vingt-sept mille kilomètres parcourus en cent dix jours sous la menace permanente des sous-marins.

Sur mer, la Royal Navy a beaucoup souffert au cours des six derniers mois, des coups portés par les submersibles allemands, six des plus grosses unités ont été perdues. Le porte-avions ''Ark Royal'' est coulé, le ''Barham'' , attaqué, chavire et entraîne avec lui dans la mort plus de cinq cents hommes. Trois ''torpilles humaines'' italiennes montées chacune par deux hommes pénètrent dans le port d'Alexandrie et endommagent pour de longs mois les cuirassés ''Queen Elisabeth'' et ''Valiant''. Il faut encore mentionner la destruction, sur un autre théâtre, du ''Prince of Wales'' et du ''Repulse''. Les croiseurs ''Galatea'' et ''Neptune'' et le destroyer ''Kandhar'' indispensables à la protection de la Tripolitaine sont également détruits au cours de l'attaque d'un convoi de ravitaillement au large de Tripoli.

Sur terre, en Libye, la VIIIème  Armée subit, elle aussi, un échec cuisant. Le Général Rommel est vainqueur. Le nom seul de ce nazi convaincu, ami d'Hitler, dont il favorisa la marche au pouvoir, influe sur le moral du combattant britannique qui s'estime négligé et oublié de l'Angleterre: le Tommy traduit M.E.F. sigle de ''Middle East Forces'' (1) par ''Men England Forgot'' : hommes que l'Angleterre a oubliés.
L'Afrika Korps marche en conquérant vers le Nil chantant ''Lily Marlène'' , air que leur vedette mascotte Zarah Leander fait résonner sur les ondes de la radio de Sofia. A ses côtés les Corps d'Armée italiens apportent une aide et une force sérieuses comme le démontrera la bataille.

Or dans le Pacifique, l'offensive japonaise bat son plein et des troupes britanniques, dont une brigade blindée, les ''anzaks'' australiens et les ''Ball of tire'' néo-zélandais quittent la VIIIème Armée pour rejoindre l'Australie menacée, Ceylan, les Indes et Burma. Cette diminution d'effectifs S'ajoute aux pertes subies un an auparavant en Grèce par l'Armée du Nil, douze mille soldats et le matériel de trois Divisions pris par la XIIème Armée allemande. A la fin du printemps 1942, les Alliés tenus en échec sur tous les théâtres d'opérations, connaissent une période très critique de la guerre, si riche déjà en vicissitudes. Ces événements suscitent bien des découragements.

Les deux éléments positifs de cette époque sont fournis par la France Libre. En Afrique, elle donne aux Alliés une route aérienne, courte et très sûre, qui traverse ce continent d'Ouest en Est en passant par le Tchad. Cette ''artère nourricière'' permet un courant ininterrompu d'avions qui vont prendre part à la bataille du Moyen-orient dans la Royal Air Force et les Forces Aériennes Françaises Libres. En Océanie, elle joue un rôle essentiel en offrant aux Américains des bases aéronavales dans ses îles du Pacifique, et le nickel calédonien nécessaire aux fabrications d'armement.

(1) Forces du Moyen-orient
A ce jour, 132 militaires français sont morts pour la France en Afghanistan, en Somalie, au Mali ,au Levant et en Centrafrique
Retourner au contenu